UNOPS

22/03/2017

Améliorer l’accès des Soudanais à l’eau potable

L’eau constitue la base de la vie. Elle est essentielle à tous les êtres vivants, de la plus petite plante au plus gros animal. Toutefois, obtenir suffisamment d’eau pour survivre demeure pour certaines personnes une épreuve quotidienne.

L'eau influence les mouvements des populations aux quatre coins du globe. D'un côté, son abondance attire les populations, favorise l'essor des communautés et des entreprises, et crée la vie. D'un autre côté, sa rareté force les populations à fuir, empêche le développement des communautés et des entreprises, et étouffe toute forme de vie.

Les personnes qui n'ont pas accès à des quantités suffisantes d'eau cherchent souvent sans répit à en obtenir, parcourant parfois plusieurs kilomètres par jour pour recueillir un bien précieux tenu pour acquis dans tant d'autres pays. 

​​

Toutefois, l'eau trouvée n'est pas toujours potable. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, environ 1,8 million de personnes dans le monde puisent l'eau qu'ils consomment à des sources contaminées par des matières fécales.

Encore aujourd'hui, un trop grand nombre de personnes n'ont d'autre choix que de boire de l'eau impropre à la consommation, susceptible d'entraîner de graves maladies comme le choléra, la diarrhée, la dysenterie, la fièvre typhoïde et la poliomyélite.

« Les habitants possèdent souvent les connaissances de base pour éviter de contracter les maladies transmises par l'eau, mais celles-ci persistent en raison du manque d'accès à l'eau potable. L'éducation sur l'eau, l'assainissement et l'hygiène est plus efficace lorsqu'elle est combinée à un approvisionnement en eau potable », affirme Maiko Utsumi, agente de soutien aux projets du bureau de l'UNOPS au Soudan.

La recherche d'eau peut aussi compromettre la sécurité des individus. Les femmes et les enfants parcourent souvent de grandes distances pour recueillir de l'eau pour leur famille, s'exposant parfois à des risques de violence et d'agression sexuelle.

​​ ​

Au Darfour, une région aride de l'ouest du Soudan où l'eau est souvent rare, il est depuis longtemps difficile d'accéder à des sources fiables et saines d'eau potable.

Avec le temps, la croissance démographique des grandes villes du Darfour a accentué la pression exercée sur les sources et installations d'approvisionnement en eau. En même temps que les populations urbaines grandissent, l'accès à des sources d'eau potable – voire à une quantité suffisante d'eau – se fait de plus en plus difficile et entraîne parfois des conflits localisés, en particulier entre propriétaires de bétail souhaitant abreuver leurs troupeaux.

L'UNOPS s'est associé au gouvernement du Japon et met en œuvre un projet visant à améliorer l'accès des habitants du Darfour à une eau propre et saine.

​​​

Dans le cadre de la première phase du projet, l'UNOPS a procédé à la réhabilitation d'une usine inutilisée de traitement des eaux usées à El Fasher, la capitale de la région, grâce à des fonds octroyés par le gouvernement du Japon. L'année dernière, l'usine a en outre été munie d'un système de chloration servant à assurer la qualité de l'eau, et elle fournit aujourd'hui suffisamment d'eau potable pour alimenter 37 500 personnes par jour.



L'UNOPS a également collaboré avec le Japon pour améliorer l'accès à l'eau potable et sa qualité dans d'autres parties du Darfour, notamment à El Geneina et à El Daein.

À El Daein, le projet a permis la réhabilitation de six réservoirs et la réparation d'une installation d'approvisionnement en eau, qui profitent à environ 50 000 personnes. L'accès à l'eau étant désormais plus facile, les résidents ont de moins en moins besoin d'aller puiser de l'eau dans les hefirs, des réservoirs éloignés, et de se procurer des ânes pour la transporter. Les membres de la communauté ont ainsi plus de temps pour entreprendre des activités économiques qui profitent à la population locale.


 


 


 

À El Geneina, la nouvelle station de pompage de ​Jabal Sultan alimente 18 nouveaux points d'approvisionnement en eau dans le Darfour-Ouest, qui fournissent un accès à de l'eau potable à plus de 20 000 personnes. ​



 

Les détails du projet

Ce projet mis en œuvre par l'UNOPS a été financé par le gouvernement du Japon, avec qui l'organisation collabore depuis de nombreuses années. Le gouvernement japonais finance plusieurs projets dont les principaux objectifs sont de construire et de réhabiliter des infrastructures dans des États fragiles, ainsi que d'autres projets humanitaires en Afrique, en Asie et au Moyen-Orient.

​​​