UNOPS

25/02/2016

Le gouvernement du Japon fait don d’un million de dollars pour améliorer l’accès à l’eau potable au Darfour-Nord

En raison des combats incessants dans la région, l’accès à des sources sûres d’eau potable est depuis longtemps difficile pour les communautés locales.

Un nouveau projet d'un an visera à poursuivre la réhabilitation d'une installation de traitement de l'eau à El Fasher, la capitale du Darfour-Nord. Mis en œuvre par l'UNOPS, le projet devrait se terminer au début de 2017.

Ce projet d'intervention d'urgence pour approvisionner en eau potable les personnes démunies au Darfour-Nord sera également axé sur le développement des capacités locales, afin que le personnel de la station de traitement soit mieux outillé pour mener les activités régulières d'entretien et d'assurance de la qualité.

​​​​​« Je souhaite que grâce aux équipements et aux formations fournis, ce projet financé par le Japon améliore l'accès à l'eau potable pour les habitants d'El Fasher et de camps de personnes déplacées. N'oublions jamais que l'eau est l'un des éléments à la base de la vie humaine », a déclaré Son Excellence M. Hideki Ito, ambassadeur du Japon au Soudan.

Le projet initial de réhabilitation générale de l'installation de traitement, amorcé en 2014, était également mis en œuvre par l'UNOPS et financé par le Japon.

À sa capacité maximale, la station peut maintenant produire 1500 mètres cubes d'eau par jour pour une population de 37 500 individus, soit l'équivalent de 40 litres par personne par jour, l'équivalent de la quantité minimale recommandée.

L'UNOPS installera des unités de dosage du chlore en vue d'améliorer les procédés essentiels de désinfection de l'eau et d'enrayer le nombre croissant de maladies hydriques.

L'eau se fait rare au Darfour depuis plus d'une décennie, et cette pénurie alimente en partie le conflit en cours, qui continue d'entraîner de vastes déplacements internes.

Le gouvernement du Japon finance également des projets d'amélioration de l'approvisionnement en eau mis en œuvre par l'UNOPS à El Geneina, dans le Darfour-Ouest, et à Ed Daein, dans le Darfour-Est.