UNOPS

12/08/2014

Favoriser le développement durable grâce à des pratiques d’achats novatrices

COPENHAGUE – « L’innovation et les pratiques d’achats sont des instruments politiques viables, testés et avérés pour atteindre une croissance durable », déclare le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, dans un rapport publié aujourd’hui.

Le supplément thématique du Rapport statistique annuel sur les activités d’achats de l’ONU 2013 donne un aperçu des bénéfices et des défis liés à l’adoption de pratiques d’achats novatrices. La publication du rapport survient à une époque où la volonté mondiale de trouver des solutions innovantes pour relever les défis liés au développement et construire un avenir durable est plus forte que jamais.

« Les pratiques d’achats novatrices offrent de formidables possibilités d’utiliser le pouvoir d’achat des gouvernements afin de transformer le monde qui nous entoure et créer un avenir meilleur », affirme le Secrétaire général dans l’avant-propos du rapport.

« Grâce à des investissements dans les nouvelles technologies et la recherche, à la promotion du commerce local, à une transparence et une responsabilité accrues dans la gestion des fonds publics ainsi qu’au soutien des petites et moyennes entreprises, les systèmes d’achats peuvent aider à renforcer les capacités nationales et à atteindre les objectifs de développement durable », poursuit-il.

L’auteur principal du rapport est Raj Kumar, directeur et rédacteur en chef de Devex, une entreprise sociale qui met en contact et informe environ 500 000 travailleurs humanitaires et professionnels du développement sur Devex.com. Selon M. Kumar, les pratiques d’achats novatrices sont viables, « en particulier si les professionnels du développement collaborent pour changer la vision actuelle de l’innovation : il ne s’agit plus de proposer des idées originales, mais bien d’obtenir de meilleurs résultats plus rapidement et à moindres coûts ».

M. Kumar souligne également des pratiques d'achats concrètes pouvant stimuler l'innovation, comme acheter des « solutions » plutôt que des produits spécifiques, favoriser l'amélioration des processus (par exemple en concevant des systèmes d'achats publics plus modernes et efficaces), développer un marché pour la commercialisation de nouveaux produits et technologies, et encourager le travail de visionnaires grâce à des subventions.

Plusieurs chercheurs et spécialistes réputés du domaine des achats et de la chaîne d'approvisionnement ont contribué au supplément. Les organismes de développement qui y ont contribué incluent le Fonds d'équipement des Nations Unies (FENU), l'UNOPS, la Banque mondiale et l'ICLEI, une association de gouvernements locaux pour le développement durable. En outre, des chercheurs de nationalités diverses couvrent des thèmes variés liés aux achats et à l'innovation, notamment les facteurs de réussite, les politiques internationales, ainsi que les achats publics pour le développement. La publication inclut également des études de cas du Brésil, de la Chine, du Népal, de l'Afrique du Sud et du pays de Galles.

Il s'agit de la sixième édition de ce supplément thématique, publié par l'UNOPS. Il accompagne le rapport statistique annuel sur les activités d'achats de l'ONU, lequel fournit des données et des analyses sur les biens et services achetés par le système des Nations Unies en vue de soutenir ses opérations. 

Vous pouvez télécharger le rapport complet et son supplément sur le site Internet de l'UNOPS et le Portail mondial pour les fournisseurs des organismes des Nations Unies.