UNOPS

13/05/2016

Améliorer les conditions de vie des habitants et des réfugiés au Soudan oriental

Le gouvernement italien va financer, par l’intermédiaire de l’Agence italienne de coopération pour le développement, un nouveau projet de 500 000 euros mis en œuvre par l’UNOPS dans l’État de Kassala.

Le projet de 15 mois couvre deux initiatives visant à améliorer la prestation de soins de santé maternelle de base ainsi qu'à assurer un approvisionnement en eau constant dans la localité de Girba.

L'hôpital rural de Girba prodigue des soins à la fois aux habitants et aux réfugiés, et il comprend le seul service de maternité de la région. En raison de la détérioration des installations, il est toutefois devenu difficile de répondre aux besoins grandissants en soins prénatals et postnatals de cette communauté en pleine expansion. Grâce au financement du gouvernement italien, l'UNOPS construira un nouveau centre de maternité qui fournira des services essentiels à environ 50 000 mères et enfants âgés de moins de cinq ans.

 « Réduire la mortalité maternelle et infantile est une priorité nationale, au même titre que le soutien au développement des ressources humaines dans le secteur de la santé », a déclaré Alberto Bortolan, directeur du bureau de Khartoum de l'Agence italienne de coopération pour le développement, pour souligner l'importance des activités.

Le camp de réfugiés de Girba, qui accueille quelque 10 000 individus, est approvisionné par une unique station de traitement de l'eau, laquelle est actuellement menacée par l'érosion. L'UNOPS réhabilitera et agrandira les installations afin de garantir l'accès des résidents du camp et de la communauté locale à une source d'eau fiable.

Eyob Getachew, directeur du bureau de l'UNOPS au Soudan, considère ce projet très opportun. « Ce projet répond aux besoins des réfugiés et de la communauté d'accueil, a-t-il affirmé. L'État a en général de la difficulté à fournir des soins de santé de qualité à ses résidents. Améliorer la qualité de l'eau et des services de santé aura des répercussions positives à long terme sur les enfants de la région ainsi que sur l'ensemble de la communauté. »

« La coopération est un investissement dans l'avenir », a ajouté l'ambassadeur de l'Italie au Soudan, Fabrizio Lobasso. « Il est évident que nous essayons d'améliorer les conditions de vie des réfugiés. Dans un futur rapproché, nous espérons également les voir s'intégrer à la fois de manière personnelle et professionnelle au Soudan, puisqu'ils forment une importante ressource pour le pays. Beaucoup de progrès a été réalisé à cet égard, mais il reste encore beaucoup à faire. »

Le nouveau projet sera mené en étroite collaboration avec le Commissariat pour les réfugiés au Soudan et les départements concernés du ministère de la Santé de l'État de Kassala. Les travaux commenceront le 1er juin 2016.

Un historique de coopération avec l'Italie

Ce nouveau projet est le fruit de la collaboration continue entre l'UNOPS et l'Italie. Grâce au financement de l'Agence italienne de coopération pour le développement, l'UNOPS a également réhabilité des écoles de sages-femmes dans les États de la Mer Rouge et de Kassala.

« Le taux de mortalité imputable à la grossesse est élevé dans la région à cause du nombre insuffisant de sages-femmes », a affirmé le directeur de l'une des écoles réhabilitées. « Grâce à l'achèvement des travaux à l'école de sages-femmes de Swakin, davantage de femmes de la région pourront recevoir une formation, et plus de femmes enceintes pourront accéder à ce service. »

Le service de maternité d'un centre de santé dans l'État de Gadaref a également été réhabilité, et les services cliniques aux enfants âgés de moins de cinq ans sont maintenant plus accessibles.