UNOPS

31/03/2014

Un nouveau site pour protéger les civils déplacés au Soudan du Sud

DJOUBA – Un nouveau site de protection des civils a été construit à Djouba afin de fournir un abri indispensable à 13 200 habitants du Soudan du Sud déplacés à la suite de la crise que connaît actuellement le plus jeune pays du monde.

Depuis le début du conflit en décembre 2013, des milliers de personnes ont perdu la vie, plus de 803 200 autres ont été déplacées et 254 600 autres encore ont fui vers des pays voisins.

En dépit de l’accord de cessation des hostilités signé au mois de janvier par le président de la République du Soudan du Sud, Salva Kiir, et le groupe d’opposition loyal à l’ancien vice-président, Riek Machar, les combats se poursuivent dans certaines régions du pays. Les attaques représentent une trop grande menace pour des milliers de civils qui craignent de regagner leurs foyers.

L’UNOPS coordonne la construction d’un site de protection des civils en partenariat avec la République du Soudan du Sud, la Chine et la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), grâce à des fonds de la Direction générale de l’aide humanitaire et de la protection civile de la Commission européenne.

Actuellement, plus de 70 000 personnes vivent au sein de sites de protection des civils dans huit bases de la MINUSS réparties dans le pays. Toutefois, ces sites manquent d’équipement et sont surpeuplés, ce qui représente des difficultés d’ordre sécuritaire et sanitaire pour ceux qui y vivent.

Situé près de la Maison de l’ONU dans la capitale du Soudan du Sud, le nouveau site accueillera 13 200 des 37 000 personnes vivant actuellement sur un espace réduit à la base de la MINUSS à Djouba. Il fait partie des sites de protection des civils que l’UNOPS et ses partenaires construisent pour protéger un nombre toujours croissant de personnes déplacées dans le pays.

L’UNOPS a également construit une hélisurface dans l’État des Lacs afin de faciliter la distribution d’aide humanitaire vitale aux milliers de personnes qui avaient fui les combats dans l’État voisin de Jonglei. L’hélisurface a été construite grâce à un financement du Fonds humanitaire commun pour le Soudan du Sud.

L’UNOPS a maintenu sa présence au Soudan du Sud tout au long de la crise en dépit de l’instabilité, grâce à du personnel engagé dans le cadre de projets d’aide humanitaire essentiels. Toutefois, il reste impossible de mener des opérations dans certaines régions du pays en raison de difficultés d’accès et de questions d’ordre sécuritaire pour le personnel de l’UNOPS.