UNOPS

25/04/2017

L’espoir renaît pour des victimes du séisme au Népal

Le 25 avril 2015, un tremblement de terre de magnitude 7,8 sur l’échelle de Richter a frappé le Népal, dévastant diverses régions de ce pays montagneux. Ce jour restera certainement gravé dans la mémoire de nombreux Népalais.

Baburam Sarki était à la maison avec sa famille à Depche Danda, dans le district de Tanahun, quand le séisme a frappé. « J'ai d'abord cru qu'une bombe avait explosé en raison du bruit », raconte l​'homme de 66 ans. « Nous sommes sortis de la maison aussi rapidement que possible, juste avant de la voir s'effondrer sous nos yeux. »

Le bilan du séisme s'élève à près de 9000 morts et plus de 22 000 blessés, ainsi qu'à environ un million de logements endommagés ou détruits.

Sita Pariyar se souvient des répliques qui ont suivi la secousse initiale.

« Je ramassais du bois de chauffage dans la forêt lorsque la deuxième secousse a frappé », raconte la femme de 60 ans originaire de Gurdung Kharbari, dans le district de Tanahun. « Je suis restée à cet endroit jusqu'à ce que le tremblement de terre cesse. Ensuite, j'ai couru jusque chez moi, où j'ai vu ma maison s'affaisser et mes rêves se briser. »


​Reconstruire des rêves brisés​

Au lendemain du tremblement de terre, le gouvernement du Népal a fourni des fonds de secours pour permettre aux personnes ayant perdu leur logement de se construire un abri temporaire. Toutefois, l'isolement de certains villages et les dommages causés aux infrastructures de transport ont rendu difficile l'évaluation précise du nombre de victimes, ce qui a provoqué des retards dans la distribution des fonds de secours, puis de l'aide financière pour la reconstruction.

Afin de remédier à ce problème, le gouvernement népalais a sollicité l'aide de l'UNOPS pour effectuer un premier recensement visant à évaluer les dommages subis par les logements dans quatorze des districts les plus touchés par le séisme. Plus de 870 000 ménages ont été visités. Jusqu'à présent, plus de 600 000 personnes ont reçu une première subvention pour les aider à reconstruire leur logement.

Toutefois, le district de Baburam et de Sita n'était pas visé par ce recensement.

Le gouvernement du Népal a ensuite décidé d'effectuer un second recensement dans dix-sept districts supplémentaires afin de dénombrer les victimes du séisme et de constater l'ampleur des dommages. Avec le soutien de l'UNOPS, le Bureau central de statistiques a déployé plus de 500 équipes pour procéder aux évaluations, chacune composée d'un ingénieur et d'un agent de mobilisation sociale.

Un avenir prometteur​

Baburam habite dans un abri temporaire depuis la destruction complète de son logement lors du tremblement de terre, il y a deux ans.

« J'avais perdu espoir », affirme Baburam, qui partage l'abri avec sa femme et deux enfants souffrant d'une incapacité physique.

Grâce aux évaluations réalisées avec l'aide de l'UNOPS, Baburam a regagné espoir.

Tout comme Baburam, Sita habite dans un abri temporaire avec son mari depuis que le séisme a frappé le pays. D'abord inquiète de ne pas pouvoir reconstruire sa maison, elle a retrouvé espoir après l'annonce du nouveau recensement.

« Les recenseurs sont apparus tels des anges à mes yeux », affirme Sita. « Ils sont venus panser une blessure qui refuse de guérir depuis ce cruel tremblement de terre. »

Sita, qui va maintenant recevoir une aide financière, rêve de construire un nouveau logement dans un avenir rapproché.

​ 

Les détails du projet :

Dans le cadre de ce projet financé par le ministère britannique du Développement international, l'UNOPS a offert un soutien logistique et opérationnel au gouvernement du Népal et au Bureau central de statistiques. L'organisation a notamment procédé à l'achat d'équipement ainsi qu'au recrutement et à la formation de recenseurs pour réaliser des évaluations dans dix-sept districts supplémentaires touchés par le séisme : Arghakhanchi, Baglung, Bhojpur, Chitwan, Dhankuta, Gulmi, Kaski, Khotang, Lamjung, Myagdi, Nawalparasi, Palpa, Parbat, Sankhuwasabha, Solukhumbu, Syangja et Tanahun.