UNOPS

21/02/2012

La réparation d’un pont sur le Nil améliore l’accès à Djouba

DJOUBA – La réparation du seul pont traversant le fleuve Nil au Soudan du Sud a rétabli la circulation des biens et services de première nécessité vers la capitale du plus jeune pays au monde.

À la suite d’un projet de réhabilitation financé par l’USAID et mis en œuvre par l’UNOPS, la réouverture complète du pont sur le Nil, à Djouba, a eu lieu plus tôt que prévu. Ce pont est un tronçon essentiel de la route reliant Djouba et Nimule, une importante route principale reliant la capitale aux pays voisins du Kenya et de l’Ouganda.

Le pont de 252 mètres avait été endommagé en 2010 à la suite d’un accident qui avait rendu une voie complètement impraticable pour les véhicules lourds, ralentissant par conséquent la circulation des véhicules transportant des aliments, matériaux de construction et autres articles vers Djouba. L’engagement du président du Soudan du Sud, M. Slava Kiir, à entreprendre en priorité la réparation du pont sur le Nil à Djouba, au cours des 100 premiers jours de l'entrée au pouvoir de son gouvernement, montre bien l’importance stratégique de cette voie d’accès.

Une entreprise de construction locale a commencé les travaux de réparation en décembre 2010. Pour sa part, l'UNOPS supervisait les travaux de cet entrepreneur et coordonnait les activités des autorités responsables de la gestion du trafic. Le pont a été entièrement rouvert à la circulation à la mi-janvier 2012, en avance sur la date d’achèvement des travaux prévue en février. Lors d'une cérémonie marquant la réouverture, des dignitaires des Nations Unies et des gouvernements du Soudan du Sud et des États-Unis ont souligné l'importance de ce pont pour la nation sud-soudanaise.

Le ministre des Routes et des Ponts, M. Gier Chuang Aluong, a affirmé : « Les routes et les ponts jouent un rôle crucial en matière de développement. Sans ces infrastructures, on ne peut pas parler de santé et d’éducation. Sans ces infrastructures, on ne peut pas parler de sécurité et de services sociaux. »
 
Lise Grande, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général et du Coordonateur résident de l’action humanitaire des Nations Unies au Soudan du Sud, a déclaré : « Au Soudan du Sud, les projets exécutés avec succès et en avance sur la date d’achèvement peuvent être comptés sur les doigts de la main. Ce pont va jouer un rôle crucial pour la croissance économique du pays. J’aimerais féliciter l’UNOPS pour l’incroyable qualité et la rapidité de ses travaux. »

L’ambassadrice des États-Unis au Soudan du Sud, Son Excellence Susan Page, a ajouté : « Nous savons qu’afin de satisfaire le désir des Sud-Soudanais d’améliorer leur qualité de vie, plusieurs défis devront être relevés. L’un des plus importants d’entre eux est l’amélioration des infrastructures et plus particulièrement des routes et des ponts, car ces infrastructures sont essentielles à l'intégration régionale, au développement économique, à l’offre de services publics et à la sécurité de cette nouvelle nation. Nous avons investi dans ce pont, et sa réparation a été menée à bien par les Nations Unies à travers son Bureau d’appui aux projets [UNOPS]. Nous apprécions notre partenariat avec les Nations Unies et nous sommes conscients que nous devons travailler ensemble si nous désirons contribuer au développement et à la stabilité du Soudan du Sud de même qu’au maintien de la paix dans le pays. »

Dès la réouverture du pont, les files d’attente des deux côtés du fleuve ont immédiatement disparu. Hussein, un chauffeur de minibus local, précise : « C’est agréable que les deux voies du pont soient praticables et qu’il n'y ait plus d'embouteillage. »
 
L’USAID a fourni le financement pour les travaux de réparation dans le cadre du Programme d’infrastructures accélérées, un accord de coopération avec l’UNOPS qui a permis de renforcer la qualité d'un grand nombre d'infrastructures dans le pays.
 
Ce programme comprenait la construction et la réhabilitation d’écoles, de centres de soins de santé et de routes. L’ensemble des activités avait pour priorité de développer et de renforcer les capacités du personnel ministériel, des entrepreneurs locaux et des communautés à travers des formations spécifiques, une supervision étroite des entrepreneurs et, dans la mesure du possible, des méthodes de construction axées sur la main-d’œuvre.