UNOPS

14/04/2016

Ouvrir la voie à une meilleure éducation, santé et économie dans le nord de l’Afghanistan

Une étude indépendante montre que, dans les communautés afghanes où la Suède et l’UNOPS ont construit des routes, la scolarisation des filles, l’utilisation de méthodes contraceptives et la rapidité des soins à domicile se sont améliorées.

​Les conclusions de l'étude démontrent que le Projet d'amélioration de l'accès aux zones rurales, financé par l'Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI) et mis en œuvre par l'UNOPS dans le nord de l'Afghanistan, a eu des effets positifs sur la santé, l'éducation et la situation économique des habitants de la région.

Les résultats ont été présentés au ministre des Travaux publics ce mois-ci à Kaboul, en présence d'environ 40 fonctionnaires gouvernementaux, donateurs et autres professionnels du développement.

Depuis fin 2007, l'UNOPS et l'ASDI travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement de l'Afghanistan afin de construire et réhabiliter des routes reliant des communautés isolées à des services essentiels et des marchés dans les provinces de Balkh, Jawzjan, Samangan et Sari Pul.

L'ASDI a commandé une étude d'impact afin de mesurer les résultats du projet au cours des huit dernières années. Celle-ci a révélé que 45 pour cent des filles de la région du projet sont inscrites à l'école, en comparaison à un taux de 35 pour cent dans les communautés hors projet, et que de manière générale la fréquentation scolaire y a augmenté.

 

Ph​​oto : UNOPS/Elise Beacom

L'accès à des services de santé est également meilleur, notamment à des soins médicaux préventifs comme des services prénataux et de nutrition maternelle et infantile. Le transport pour se rendre au centre de santé le plus près coûte trois fois moins cher qu'auparavant dans la région.

En plus de considérer les installations plus accessibles, les répondants estiment que les déplacements pour s'y rendre sont plus sûrs, donc plus faciles à effectuer pour les femmes et les filles. Dans la région du projet, 48 pour cent des participants à l'enquête ont répondu que les femmes devraient pouvoir voyager sans être accompagnées d'un homme, en comparaison à 39 pour cent des individus du groupe témoin.

« Peu de voitures empruntent les routes en mauvais état, donc si des femmes ou des filles sont harcelées en chemin, il n'y a pas de témoins. La situation est différente sur les routes en bon état : la présence d'automobiles renvoie un sentiment de sécurité », précise Anne Jasim-Fahler, membre de l'équipe ayant mené l'étude.

Les revenus des ménages sont plus diversifiés dans les communautés du projet, et la plus grande mobilité favorise la recherche d'emploi, la vente et l'achat de produits ainsi que les activités sociales. Par exemple, 26 pour cent des bénéficiaires du projet participent aux activités de groupes de la société civile, contre 14 pour cent des habitants des communautés témoins.

« Ces résultats démontrent que l'étroite collaboration entre l'ASDI, l'UNOPS et le gouvernement de l'Afghanistan améliore réellement l'accès pour les communautés rurales », affirme Marianne von Malmborg, responsable de programme pour l'ASDI en Afghanistan.

« Nous espérons met​tre à profit ces efforts et leçons apprises en vue d'améliorer l'aide que nous apportons aux Afghans vivants dans des conditions de pauvreté et d'insécurité extrêmes », ajoute Mikko Lainejoki, directeur du bureau de l'UNOPS en Afghanistan.

L'étude regroupe des données recueillies dans les quatre provinces du projet au moyen de 16 groupes de discussion, de 32 études de cas, d'un sondage mené auprès de 1596 ménages, d'une enquête origine-destination auprès de 181 répondants ainsi que d'un sondage sur les transports et sur la densité et la composition du trafic auprès de 40 répondants. En raison de l'absence de données de référence, des communautés hors projet présentant des attributs démographiques, socioéconomiques et culturels similaires ont été sélectionnées comme groupes témoins afin de pouvoir établir des comparaisons les plus exactes possible avec les communautés du projet. ​


Consulter le rapport complet (en anglais)

Consulter le résumé (en langue dari ou pa​chto) ​