UNOPS

UN MONDE PLUS SÛR POUR TOUS
Améliorer la sûreté et la sécurité en situation d’après-conflit

PARTAGER : Facebook LinkedIn Twitter Print Email


Les engins explosifs empêchent des enfants d’aller à l’école et des agriculteurs de travailler la terre, en plus d’entraver l’acheminement de l’aide humanitaire à ceux qui en ont le plus besoin. Chaque année, ces engins tuent ou blessent des milliers de personnes partout dans le monde.

Depuis 1997, l’UNOPS travaille avec le Service de la lutte antimines des Nations Unies (SLAM) afin de faire de ce monde un endroit plus sûr.

Le SLAM travaille en collaboration avec divers partenaires afin de remédier au problème des mines terrestres et des restes explosifs de guerre de manière efficace, proactive et coordonnée. L’organisation soutient la vision des Nations Unies d’un « monde où les individus et les communautés vivent dans un environnement sans risque et propice au développement, où les victimes sont prises en charge et les survivants sont pleinement intégrés dans la société ».

Au fil des ans, les activités de lutte antimines ont pris diverses formes, toujours avec l’objectif commun d’améliorer des situations humanitaires à différents endroits du globe. Voici une sélection d’images présentant des activités de l’UNOPS en soutien au SLAM au cours des 19 dernières années.

​​


RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO



Un homme reçoit une formation en déminage à Kisangani, en République démocratique du Congo. À la suite de décennies de conflits armés, l’ensemble du pays s’est trouvé contaminé par des restes explosifs de guerre, des mines terrestres et des armes à sous-munitions. Photo : SLAM/Gwenn Dubourtoumieu



Un chien cherche des explosifs en République démocratique du Congo. Les chiens détecteurs d’explosifs sont utilisés pour inspecter de grandes zones rapidement. Photo : SLAM/Gwenn Dubourtoumieu


NÉPAL
​​

La guerre civile au Népal, qui a pris fin en 2006, a laissé le pays truffé de mines terrestres, de restes explosifs de guerre et de dispositifs explosifs improvisés. Avec le soutien du SLAM et de l’UNOPS, l’armée népalaise a déminé plus de 200 000 mètres carrés de champs de mines. La dernière mine a été officiellement détruite en juin 2011. Photo : Équipe de lutte antimines des Nations Unies



AFGHANISTAN
​​
Malgré les efforts considérables qui y sont déployés, l’Afghanistan demeure l’un des pays au monde les plus touchés par les mines terrestres et les restes explosifs de guerre. Environ 1500 communautés au pays sont toujours affectées par cette menace.


​​En 2008 et 2009, l’UNOPS a aidé le SLAM et ses partenaires à effectuer le déminage de Bamyian, dans le centre de l’Afghanistan, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO qui était fortement contaminé par des mines et des restes explosifs de guerre. Photo : Centre de coordination de la lutte antimines en Afghanistan/Jacob Simkin




Malgré les efforts considérables qui y sont déployés, l’Afghanistan demeure l’un des pays au monde les plus touchés par les mines terrestres et les restes explosifs de guerre. Environ 1500 communautés au pays sont toujours affectées par cette menace. Photo : Centre de coordination de la lutte antimines en Afghanistan/Jacob Simkin


SAHARA OCCIDENTAL
​​


En 2010, Taufa Ibrahim et Mariam Zaid travaillent au déminage de zones de combat à Mehaires, dans le Sahara occidental. Photo : ONU/Martine Perret​​​​​​​​​​​​​​