UNOPS

12/05/2015

L’UNOPS maintient son engagement envers la réduction de ses émissions de carbone

L’UNOPS a réalisé la cinquième évaluation annuelle de ses émissions de gaz à effet de serre, et les résultats montrent que ces dernières ont diminué par rapport à l’année dernière.

Selon la cinquième évaluation annuelle du volume des émissions de gaz à effet de serre de l'UNOPS, réalisée au siège de l'organisation à Copenhague, les émissions d'équivalent CO2 sont passées de 14 516 tonnes métriques en 2012 à 14 383 en 2013.

Les données montrent que 50 % des émissions de l'UNOPS sont dues aux voyages officiels et 50 % aux bâtiments de l'organisation. Le Programme des Nations Unies pour l'environnement rassemble les données annuelles relatives aux émissions de toutes les organisations de l'ONU, publiées dans le rapport Moving Towards a Climate Neutral UN.

La cinquième évaluation des émissions de gaz à effet de serre concerne 50 bureaux dans plus de 40 pays et près de 3500 membres du personnel. L'évaluation présente sept sources d'émissions différentes.

L'utilisation de générateurs est à l'origine des émissions les plus élevées dans les bureaux de l'UNOPS répartis dans le monde, représentant un tiers des émissions de l'organisation en 2013. De manière similaire aux années précédentes, les voyages officiels contribuent également à une part importante des émissions, soit un quart dû aux transports aériens et à l'ensemble des véhicules en service.

Entre 2011 et 2013, l’UNOPS a toutefois diminué ses émissions liées aux voyages officiels de 10 pour cent, et celles liées aux transports aériens de 30 pour cent par personne. Le cinquième restant est causé par l’utilisation d’électricité, de transports publics, de fluides frigorigènes et de vapeur pour le chauffage.

Dans le cadre de l'objectif de neutralité climatique des Nations Unies, et conformément à son plan stratégique 2014-2017, l'UNOPS intègre de plus en plus les principes de durabilité dans l'ensemble de ses activités. L'évaluation et la réduction de l'empreinte carbone de l'UNOPS, ainsi que la production annuelle de rapports, sont essentielles au respect de ces engagements. Le calcul de l'empreinte carbone de l'organisation constitue une première étape, car ce qui n'est pas évalué ne peut être géré. Cette évaluation lui permet donc d'identifier les domaines pour lesquels elle peut réduire son impact environnemental, économique et social, ainsi qu'améliorer son efficacité.

L'UNOPS met également en œuvre diverses initiatives afin de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. L'organisation figure parmi les chefs de file Nations Unies en matière d'achats responsables, grâce à ses efforts réguliers pour élaborer des directives et des outils et mettre en œuvre des formations et des projets pilotes afin de favoriser des achats plus efficaces et plus durables et d'atteindre ses objectifs. En mars 2015, l'UNOPS a obtenu un certificat de niveau « or » du Chartered Institute of Procurement and Supply, qui reconnaît l'efficacité de ses pratiques d'achats durables.

En 2013, le siège de l'UNOPS à Copenhague a été déplacé à la Cité de l'ONU, un bâtiment écoénergétique qui a reçu la certification LEED platine. Grâce à une consommation énergétique annuelle inférieure à 50 kilowatts-heure par mètre carré, le bâtiment fait partie de la catégorie 1. À faible consommation énergétique, il s'agit de la classe la moins polluante du code de construction danois. Enfin, un système de gestion environnementale est en cours d'élaboration au siège et dans les bureaux sur le terrain afin de mieux suivre et évaluer l'impact environnemental des opérations de l'UNOPS.