UNOPS

26/03/2015

Communiqué de presse : Améliorer les soins de santé pour les communautés pauvres et vulnérables au Myanmar

YANGON – Grete Faremo, Secrétaire générale adjointe de l’ONU et Directrice exécutive de l’UNOPS, a vivement encouragé le Myanmar à continuer d’étendre l’accès aux services sanitaires aux communautés pauvres et vulnérables.

Mme Faremo s'est rendue dans la commune de Pakokku, dans la région de Magway, où elle a assisté à une formation suivie par des sages-femmes auxiliaires dans le cadre d'un programme financé par le Three Millennium Development Goal Fund (3MDG).

Le 3MDG est un fonds de 335 millions de dollars US créé en 2012 afin d'aider le ministère de la Santé à renforcer le système national et à accélérer la prestation de soins, particulièrement pour les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables du Myanmar. Le fonds, géré par l'UNOPS, est financé par l'Australie, le Danemark, les États-Unis d'Amérique, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et l'Union européenne.

Vingt-cinq femmes ont pris part à cette formation, qui s'inscrit dans le cadre d'un programme national du ministère de la Santé visant à doter chaque village d'au moins un professionnel de la santé. Le 3MDG va soutenir le ministère en formant plus de 5500 sages-femmes auxiliaires d'ici août 2015, soit plus de la moitié de l'objectif national de 10 000, améliorant ainsi l'accès des communautés à des services de santé essentiels.

Au cours de sa visite, Mme Faremo a déclaré : « Malgré des progrès évidents, l'accès à des services sanitaires demeure difficile pour les populations pauvres et défavorisées, en particulier pour les minorités et les habitants de régions isolées ou touchées par des conflits.

« En collaboration avec le gouvernement du Myanmar et le 3MDG, l'UNOPS est ravi de soutenir la formation de sages-femmes auxiliaires qui favorisent l'accès des communautés au système de santé et aident les adolescentes, les femmes et les enfants à mener une vie saine. »

Les sages-femmes auxiliaires qui suivent cette formation acquièrent des connaissances et des compétences essentielles qui leur permettront d'assister les sages-femmes et de fournir des soins de santé de base. En l'absence de sages-femmes, une sage-femme auxiliaire peut fournir des soins préventifs pré et post-partum, des soins obstétriques, ainsi que des soins néonatals. Une sage-femme auxiliaire rassemble également des informations sur les naissances, les décès et l'utilisation de moyens contraceptifs afin d'améliorer les services du système de santé aux communautés.

Ce programme national de formation fait partie du soutien stratégique du 3MDG au ministère de la Santé du Myanmar afin d'améliorer le système de santé, de répondre aux besoins de la population de tout le pays et d'atteindre l'objectif d'un accès universel aux soins de santé.