UNOPS

12/05/2014

L’histoire de trois projets novateurs

L’UNOPS favorise une approche novatrice de la gestion de projets, que ce soit en ayant recours à un cirque au Nicaragua pour informer la population sur l’eau et l’hygiène, ou en aidant une communauté à produire un premier fromage local en Gambie.

Les chefs de projets de l'UNOPS cherchent constamment à améliorer leurs façons de faire. À l'occasion de la troisième semaine de la campagne She Builds, sur le thème de l'innovation, l'UNOPS a souligné le travail novateur effectué dans le cadre de trois de ses projets. 

Un cirque pour la vie

Dans le cadre d’un programme d’assainissement au Nicaragua, la chef de projet Yolanda Paredes-Gaitan a cherché des solutions novatrices pour surmonter les nombreux défis rencontrés. Financé par la Direction suisse du développement et de la coopération, le programme a été mis en œuvre dans 260 écoles et cinq communautés, dans l’objectif de réduire les effets des maladies attribuables à un accès insuffisant à l’eau et l’assainissement tout en sensibilisant la population aux enjeux liés à la santé. Yolanda explique l’importance d’apporter des solutions adaptées aux femmes de la communauté et la manière dont elle a relevé les défis avec son équipe :

« Une de mes scènes préférées du spectacle est celle où une petite fille travaillant avec sa mère se rend compte à quel point ses tâches quotidiennes sont difficiles sans source d'eau fiable.

« Le programme visait un public large, allant d'enfants de quatre ans à des adultes d'âge mûr. Nous voulions tous les sensibiliser aux problèmes liés à l'eau et leur faire comprendre qu'il est essentiel de protéger les sources d'eau, appelées "cuencas" en espagnol, puisqu'elles sont au cœur du système d'alimentation en eau. Néanmoins, il était difficile de toucher des groupes aussi différents en même temps, car nous voulions trouver une manière adaptée de parler à chacun. Nous avons également dû remettre en question les rôles traditionnels des hommes et des femmes au sein de la communauté.

« Ensemble, nous avons eu l'idée de créer "El Circo del agua", ou le Cirque de l'eau. Nous nous sommes dit que ce serait une façon originale de communiquer avec l'ensemble des spectateurs, tout en les sensibilisant à l'égalité hommes-femmes, à la durabilité, à l'eau et à l'assainissement.

Regarder une vidéo sur le Cirque de l'eau

« Ce cirque, tout en étant drôle et distrayant, montrait l'importance des questions liées à l'eau et à l'assainissement. En collaboration avec la troupe de théâtre, nous avons fait en sorte que le personnage principal soit une petite fille, ce qui nous permettait d'évoquer les aspects liés à l'égalité hommes-femmes, et plus particulièrement de souligner les liens directs entre l'accès à l'eau et les activités quotidiennes des femmes de la communauté.

Vous pouvez lire l'histoire complète du Cirque de l'eau ici.

Le fromage, un produit local en Gambie

En Gambie, la consommation de lait et d'autres produits laitiers dépend en grande partie de l'importation, puisque la demande excède bien souvent l'offre de produits locaux. Bien que la Gambie possède les capacités pour fabriquer des produits laitiers tels que le fromage, leur fabrication était limitée en raison de la courte durée de conservation du lait, qui forçait les Gambiens à en jeter de grandes quantités.

Grâce à un projet d'amélioration de la productivité de l'élevage en Afrique de l'Ouest (PROGEBE) et au financement du Fonds pour l'environnement mondial (FEM), l'UNOPS a aidé la communauté à résoudre ce problème et à assurer pour la première fois la production locale de fromage.

L'un des principaux objectifs du projet était de mettre en place différentes plateformes d'innovation sur les sites du projet, tout en travaillant avec la communauté locale afin d'évaluer ses forces et faiblesses et de déterminer là où il y avait lieu d'introduire ou de renforcer des méthodes novatrices.

La production de fromage est un des moyens qui avaient été identifiés afin de limiter le gaspillage de lait tout en générant des emplois et des revenus pour les membres de la communauté. Une petite laiterie, alimentée à l'énergie solaire et gérée par une association de femmes de la communauté, a donc été construite.

Les membres de la communauté ont reçu des formations sur l'hygiène ainsi que sur les processus et les étapes de fabrication de différentes sortes de fromage, notamment le salage et la conservation. Le lendemain de la formation, le fromage à pâte fraîche, qui ne nécessite pas une longue phase d'affinage, a pu être dégusté. De nombreux participants goûtaient du fromage pour la première fois, et ils ont apprécié le produit final.

Maintenant, 67 femmes sont chargées de gérer la laiterie, dont cinq femmes qui travaillent à temps complet à la collecte et la transformation du lait. L'association a mis au point un plan d'entreprise et génère maintenant des revenus appréciables.

Ce projet fait partie d'une initiative régionale mise en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le développement et exécutée par l'UNOPS grâce à des fonds du FEM. La Banque africaine de développement participe également au financement du projet.

Le téléphone comme outil d'apprentissage

Financé par le gouvernement des Pays-Bas, le projet de démocratisation des services de police afghans vise à améliorer la capacité des forces de l'ordre à servir et protéger la population tout en donnant les moyens à la société civile de bénéficier de services de police transparents et responsables.

Afin de lutter contre l'analphabétisme parmi les femmes de la police afghane, celles-ci ont reçu des téléphones portables équipés d'un logiciel interactif d'alphabétisation. Le logiciel s'inscrit dans le cadre du programme national d'alphabétisation pour adultes et compense le peu d'heures d'enseignement, la pénurie de professeurs et d'autres obstacles à l'apprentissage en classe. L'alphabétisation permet aux femmes de remplir leurs fonctions plus efficacement et d'avoir davantage de possibilités d'évolution professionnelle au sein de la police.

Grâce au programme d'alphabétisation, une femme officier du département de la circulation de la province d'Herat peut désormais lire et noter les chiffres des plaques d'immatriculation des véhicules. Deux autres de ses collègues peuvent à présent classer les documents et écrire les noms des suspects.

Les bénéfices de ce programme ont une très large portée. Si les femmes officiers peuvent lire, elles ne sont plus limitées dans les rôles qu'elles peuvent remplir. Par exemple, des femmes officiers qui étaient auparavant cantonnées à des tâches telles qu'effectuer des fouilles au corps peuvent désormais rejoindre d'autres départements, notamment ceux de la circulation, de la sécurité ou des enquêtes criminelles. Cet apprentissage donne la possibilité aux femmes de la police afghane d'assumer plus de responsabilités, tout en prônant l'égalité en milieu de travail.

Les activités de l’UNOPS