UNOPS

Lutter contre un sérieux obstacle à l’élimination du paludisme

​​Dans cinq pays de la région du bassin du Mékong, l’apparition d’une résistance des parasites du paludisme aux médicaments à base d’artémisinine et à leurs dérivés menace gravement la lutte contre le paludisme ainsi que son éradication dans le monde. ​​​​

​​

Photo : Fonds mondial / John Rae

​​​​​

L’UNOPS est le récipiendaire principal d’une subvention de 100 millions de dollars du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, dont l’objectif est de soutenir l’Initiative régionale contre la résistance à l’artémisinine dans cinq pays du bassin du Mékong.

Grâce à cette subvention régionale unique, d’un montant rarement égalé, l’initiative vise à lutter contre les entraves à l’élimination du paludisme. ​


​​

CONTEXTE


Le paludisme est une maladie potentiellement mortelle qui se transmet à l’homme par des piqûres de moustiques infectés. Selon l' Organisation mondiale de la Santé, cette maladie évitable et curable a pourtant coûté la vie à plus d’un demi-million de personnes en 2013.

À ce jour, l’artémisinine et ses dérivés, une gamme de médicaments puissants à base de plantes, constituent le meilleur traitement contre le paludisme simple à P. falciparum. Les dérivés de l’artémisinine sont administrés en association avec d’autres médicaments afin de réduire le nombre de parasites dans le sang des patients au cours des trois premiers jours de traitement.

EN 2013,
LE PALUDISME
A TUÉ PLUS DE
500 000
PERSONNES

Les polythérapies à base d’artémisinine ont joué un rôle essentiel dans la réduction de la prévalence du paludi​sme dans le monde.

Malheureusement, des zones de résistance des parasites à l’artémisinine ont été détectées au Cambodge, au Laos, au Myanmar, en Thaïlande et au Vietnam. Cette résistance est due à une utilisation inappropriée des polythérapies à base d’artémisinine ainsi qu’à la facilité d’accès à des monothérapies à base d’artémisinine par voie orale et à des médicaments de mauvaise qualité. La résistance croissante aux polythérapies à base d’artémisinine menace d’annuler les progrès accomplis dans la lutte antipaludique.

L’Initiative régionale contre la résistance à l’artémisinine, menée sur trois ans, a été lancée en 2014 et vise à lutter contre la propagation de la résistance à l’artémisinine et à accélérer l’élimination du paludisme à P. falciparum dans la région du bassin du Mékong. L’approche coordonnée et pluridisciplinaire adoptée pour répondre à cette urgence comprend le diagnostic et le traitement de la maladie ainsi que des programmes de sensibilisation et de prévention.​

L’Initiative régionale contre la résistance à l’artémisinine au Cambodge

L’Initiative régionale contre la résistance à l’artémisinine a été mise en place dans 18 des 21 provinces du Cambodge où le paludisme est endémique. En tant que récipiendaire principal de huit sous-bénéficiaires, l’UNOPS coordonne, surveille et évalue le travail de lutte antipaludique de nombreuses entités gouvernementales et ONG. Les activités de l’initiative sont regroupées en trois grands domaines d’intervention :

La prise en charge des cas

L’initiative régionale contre la résistance à l’artémisinine a adopté différentes approches pour lutter contre le paludisme : le dépistage de la maladie à l’aide de tests de diagnostic rapide ou par microscopie ; des changements comportementaux grâce à des activités de sensibilisation ; la formation de professionnels de la santé à l’utilisation de microscopes et d’autres équipements ; et le renforcement de l’application des lois et des normes de contrôle aux frontières afin de lutter contre la prolifération des médicaments de mauvaise qualité ou contrefaits, notamment à l’aide d’équipements mobiles permettant de vérifier la qualité des médicaments.

La lutte antivectorielle

La distribution gratuite de moustiquaires de lit ou pour hamac imprégnées d’insecticide dans des régions où les communautés ont un accès limité à ces ressources réduit grandement l’exposition aux piqûres de moustiques. La distribution de moustiquaires s’accompagne souvent d’une formation de base sur leur utilisation et leur importance.

Le suivi et l’évaluation

Les activités de l’initiative sont étroitement suivies et contrôlées. L’évaluation des capacités, des vérifications ponctuelles ainsi que des inspections sur le terrain mesurent l’incidence des interventions et fournissent des informations permettant de déterminer l’efficacité de l’Initiative régionale contre la résistance à l’artémisinine dans la lutte antipaludique.

Pour en savoir plus sur cet important travail qui vise à éradiquer le paludisme dans le monde, consultez le site internet de l’Initiative régionale contre la résistance à l’artémisinine.