UNOPS

24/07/2014

Le recyclage améliore la qualité de vie d’une communauté

À Sri Lanka, grâce au Programme d’assainissement de l’environnement financé par l’Union européenne, les déchets de 220 000 personnes sont collectés de manière régulière et systématique.

Chaque matin à six heures, dans le district côtier d'Ampara de la province de l'Est de Sri Lanka, des équipes d'éboueurs grimpent sur des tracteurs aux couleurs vives pour commencer leur tournée de collecte des déchets. Ils séparent les déchets ordinaires des déchets recyclables et des déchets plus volumineux, et placent le reste, principalement des matières biodégradables, dans des bacs à compost. Deux ou trois mois plus tard, le compost est prêt à être vendu dans des marchés agricoles locaux, permettant de continuer à financer les activités de gestion des déchets.

Ce travail est effectué dans le cadre du Programme d'assainissement de l'environnement financé par l'Union européenne (UE) et mis en œuvre par l'UNOPS en collaboration avec 12 autorités locales. Dotée d'un budget total de 12,6 millions d'euros pour une période de sept ans, cette initiative contribue à améliorer la gestion des déchets solides, la restauration de l'environnement et l'écoulement des eaux de surface en milieu urbain dans les communautés côtières d'Ampara. Ce district, appauvri par plus de 20 années de conflit, a été ravagé par le tsunami de 2004 dans l'océan Indien, ce qui a accentué le manque de systèmes, d'infrastructures et de ressources pour la gestion des déchets.

La gestion durable des déchets

Grâce à ce projet, l'UNOPS a construit sept sites d'enfouissement, cinq centres de recyclage, cinq installations de compostage et un centre de transfert des déchets afin d'aider les autorités locales à progresser vers une gestion plus durable des déchets solides. L'approche adoptée par l'UNOPS pour résoudre le problème des déchets solides dans le district d'Ampara allait bien plus loin qu'une simple étude des besoins en infrastructures. Le projet avait pour objectif le renforcement des capacités : les autorités locales ont été formées à la mise en place d'un système efficace, durable, peu coûteux et respectueux de l'environnement pour la collecte, le transport et le traitement des déchets solides. Le système de frais d'utilisation pour financer ce service, mis en place avec succès dans la province de l'Est, est en cours d'adoption par les autorités locales d'autres régions du pays.

Le projet a également permis de limiter les risques d'inondation et les risques sanitaires causés par la mauvaise élimination des déchets, et il a été cité comme exemple de meilleure pratique en matière de gestion des déchets et d'éducation communautaire par l'autorité centrale pour l'environnement de Sri Lanka.

Afin d'obtenir les résultats les plus positifs et durables possible, l'UNOPS a travaillé en étroite collaboration avec les autorités et les communautés locales, s'assurant que le projet tienne compte des aspects sociaux, économiques et environnementaux de la durabilité. Des programmes de sensibilisation communautaire et des projets scolaires de recyclage ont été mis en place afin d'encourager les habitants de la région à « réduire, réutiliser et recycler », et des femmes ont reçu une formation leur enseignant à éliminer correctement les déchets de leur foyer. Cette formation, reconnaissant l'importance cruciale de l'autonomisation des femmes pour la réussite des projets environnementaux axés sur la communauté, a donné à celles-ci une chance de jouer un rôle important dans l'amélioration des conditions de vie de leur communauté.

Grâce au soutien de l'UE, des mesures ont également été prises pour assurer la viabilité financière à long terme du projet, notamment la mise en place de frais d'utilisation du service de collecte des déchets. De plus, la vente sur des marchés locaux du compost produit à partir des déchets collectés a permis l'autofinancement de ces activités, garantissant ainsi leur continuation après la fin du projet. Aujourd'hui, plus de 1700 sacs de compost sont produits chaque mois, ce qui génère un revenu de 28 000 dollars par an.

L'un des effets intéressants du projet est la cohésion sociale et la compréhension mutuelle qui se sont créées entre les trois principaux groupes ethniques du district. Le manque d'élimination des déchets solides dans la région avait atteint un seuil critique, au point de créer des tensions dans la société. En favorisant la participation communautaire, cette intervention de l'UNOPS financée par l'UE a contribué à la réconciliation et permis de surmonter des obstacles aux progrès en matière de gestion des déchets.

Les éboueurs qui récoltent les déchets à six heures chaque matin sont certainement les mieux placés pour constater les résultats positifs. W.A. Shrill, éboueur dans la ville d'Ampara, explique : « Avant le début du programme, il était très difficile d'accéder aux villages alentour. Maintenant que nous avons six tracteurs et une équipe d'éboueurs qui peut aller dans tous les secteurs chaque jour, je vois déjà de grandes améliorations dans la région. »

S'appuyant sur les réussites et les leçons apprises à Ampara, l'UNOPS met maintenant en œuvre un nouveau projet soutenant les autorités locales dans le district voisin de Batticaloa, grâce à un financement de l'UE.