UNOPS

25/11/2014

Découverte des restes d’un dinosaure sur un chantier de construction au Guatemala

Gérer la mise en œuvre d’un projet requiert une bonne planification, mais une équipe de projet de l’UNOPS ne pouvait pas prévoir la surprise qui l’attendait sur le chantier de construction d’un hôpital au Guatemala.

Les ossements d'un tatou préhistorique géant ont été découverts sur le chantier de construction d'un hôpital de 230 lits à Quetzaltenango, la deuxième plus grande ville du pays.

L'UNOPS en a fait la découverte en creusant des puits pour cet hôpital d'une valeur de 40 millions de dollars qui, une fois achevé, permettra à près de 300 000 habitants d'avoir accès à des soins de santé de grande qualité. Pour en savoir plus à propos de cet hôpital, cliquez ici.

Après avoir interrompu les travaux, l'UNOPS a informé l'Institut guatémaltèque d'anthropologie et d'histoire et a demandé à l'Institut guatémaltèque de sécurité sociale, à qui appartient le terrain, la permission de faire appel à une équipe spécialisée pour récupérer les ossements.

Ces ossements appartenaient à un glyptodon, un mammifère du même poids qu'une petite voiture ressemblant à un tatou géant. Le glyptodon mesure en moyenne plus de trois mètres de la tête jusqu'à la queue et possède des pattes courtes et puissantes ainsi qu'une carapace faite de plaques osseuses.

L'équipe chargée de récupérer les ossements a identifié le type de fossile et pris des mesures, des notes et des photos pour documenter l'opération.

Une équipe de paléontologistes de Naturaleza Abierta, l'entreprise chargée des fouilles, a délimité la zone où est effectuée la délicate tâche d'extraire les ossements.

Plutôt bien conservés, les restes du spécimen ont été renforcés à l'aide de plâtre afin d'éviter de les briser. Ils incluent la carapace de l'animal, ainsi que son crâne et certaines de ses vertèbres.

Les ossements ont ensuite été protégés.

Puis ils ont été transportés hors du site.

Au musée d'histoire naturelle de l'université de San Carlos, au Guatemala, la paléontologiste Lorena Dávila travaille à la reconstruction du fossile d'une longueur de 1,9 mètre et d'une largeur d'un mètre.

Le glyptodon a disparu il y a environ 13 000 ans. Cet animal aurait été herbivore, se nourrissant d'herbes et de plantes situées à proximité de rivières ou d'autres petits cours d'eau.