UNOPS

02/10/2014

Les communautés assurent la reconstruction durable d’Haïti

La Journée mondiale de l’habitat reconnaît le droit fondamental de tous à un logement convenable. À cette occasion, l’UNOPS fait un retour sur l’un des projets de reconstruction que l’organisation a soutenus en Haïti à la suite du séisme de 2010.

En août 2011, l'UNOPS a commencé à soutenir un projet de reconstruction de grande envergure dans la zone métropolitaine de la capitale d'Haïti, Port-au-Prince, afin d'aider plus de 33 000 familles dont les quartiers avaient été détruits par le sinistre.

Le projet 16 quartiers/six camps (16/6) a été lancé en vue de fermer six camps de déplacés internes en permettant aux habitants de s'installer dans seize quartiers réaménagés, grâce au financement du Fonds pour la reconstruction d'Haïti.

L’UNOPS a été sélectionné pour planifier et mettre en œuvre la construction d’infrastructures et de logements dans huit des quartiers, avec un budget de plus de 16 millions de dollars.

Le projet a été mis en œuvre en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement, l'Organisation internationale du travail (OIT) et l'Organisation internationale pour les migrations, sous la supervision du gouvernement haïtien.

Les quartiers à faible revenu de Port-au-Prince ayant été construits par le passé sans véritable planification, à l'aide de matériaux de mauvaise qualité et de méthodes obsolètes, de nombreuses zones ont été touchées sévèrement par le séisme, qui a tué plus de 220 000 personnes et privé plus de 1,5 million de personnes de leur foyer.

De nombreux habitants de ces quartiers à forte densité n'ont eu d'autre choix que de s'installer dans des camps installés à proximité, notamment ceux de Place Saint-Pierre, de Place Boyer, de Primature, de Canapé Vert, du Stade Sylvio Cator et de Maïs Gâté, qui sont désormais fermés.

Au cours des opérations d'urgence qui ont été menées juste après le séisme, l'UNOPS a effectué plus de 400 000 évaluations de bâtiments, réparé plus de 800 maisons et construit plus de 1500 abris dans plusieurs quartiers informels de Port-au-Prince.

Durant la phase de relèvement qui a suivi, l'UNOPS était responsable de la réparation et de la reconstruction de maisons endommagées selon des normes d'atténuation des risques, ainsi que de l'amélioration d'infrastructures communautaires telles que des installations d'assainissement et de traitement des déchets, des voies piétonnes et des services publics, notamment d'accès à l'eau potable.

Le projet 16/6 a généré près de 110 000 jours de travail rémunéré pour la population locale, et l'UNOPS a recruté 95 % de la main-d'œuvre au sein de la communauté, notamment un grand nombre de femmes.

L'UNOPS a déjà réparé plus de 1530 foyers et a prévu de construire 750 nouvelles maisons dans l'un des quartiers les plus complexes de la capitale.

Afin de combattre la violence des gangs dans les quartiers réhabilités et de permettre aux résidents de se sentir plus en sécurité, l'UNOPS a installé des centaines de lampadaires à énergie solaire et construit les nouvelles maisons conformément à des principes de bonne gestion de l'espace public afin d'atténuer les problèmes sociaux.

Au-delà de simples travaux de construction, l'approche de l'UNOPS mise sur la construction d'infrastructures et de logements résistants afin de créer des communautés et des milieux de vie autosuffisants et productifs.

Les nouveaux logements ont été décorés par des artistes locaux, notamment avec des fresques et des mosaïques.

Des entreprises locales ont été engagées et en collaboration avec l'OIT, qui dirige le premier programme officiel de formation spécialisée en Haïti, plus de 150 travailleurs de la construction ont été formés.

Plaçant la durabilité au centre de ses priorités, l'UNOPS a formé des propriétaires de logements aux techniques de construction afin de les aider à entretenir leurs propres maisons tout en respectant les pratiques locales. L'UNOPS a également mis en place des comités de gestion, formés d'habitants des quartiers réhabilités, et a donné des équipements à ces groupes afin d'aider à assurer un entretien régulier.

Le projet 16/6 a été le fruit de la collaboration entre quatre organisations de mise en œuvre, concrétisant l'objectif des Nations Unies d'être « Unis dans l'action ».

Photos : UNOPS/Claude-André Nadon