UNOPS

18/09/2013

Un système d’information pour améliorer la coordination de la police civile palestinienne

Un nouveau système d’information central aide la police civile palestinienne à mieux répondre aux besoins de la communauté tout en favorisant un environnement plus sûr.

Ce projet, financé par le Canada, a permis d’améliorer la gestion, le contrôle et la coordination des services de sécurité locaux. D’une valeur de près de 6 millions de dollars, il était soutenu par la Mission de police de l’Union européenne pour les territoires palestiniens (EUPOL COPPS) et mis en œuvre par l’UNOPS.

La première étape du projet, qui a débuté en 2009, a consisté en la construction des infrastructures informatiques et de télécommunications pour relier les différents bureaux de la police civile palestinienne au siège principal. Elle a fourni la plateforme nécessaire pour héberger le nouveau système d’information centralisé.

Les besoins de la police cilive Palestinienne

La Police civile palestinienne, créée en 1994, est responsable du maintien de l’ordre dans les centres urbains de la Cisjordanie et de Gaza. Le nouveau système d’information et de communication a été mis sur pied dans le but d’aider la police à améliorer ses opérations, ses services et le traitement de ses dossiers, et afin de réduire le temps alloué à la tâche inefficace de la gestion manuelle de dossiers et aux processus y afférant.

Cette initiative a permis à la police de répondre rapidement et efficacement aux besoins de la communauté tout en accomplissant le devoir de l’Autorité palestinienne qui, dans le cadre de la feuille de route de l’initiative internationale pour la paix et la résolution du conflit israélo-palestinien, consiste à « mettre fin à la violence, au terrorisme et à l'incitation à de tels actes en restructurant les services de sécurité palestiniens et en les rendant efficaces ».

Le chef de police adjoint responsable de la planification et du développement, le brigadier-général Mohammad Sahmoud, a affirmé que le nouveau système permettrait au corps de police de « remplir son devoir de servir la société et de combattre le crime de manière plus rapide, professionnelle et précise ».

Des services améliorés

Le nouveau système d’information et de communications a été conçu, testé et déployé avec succès tout en respectant le délai fixé de 20 mois. Il est actuellement à l’étape de la mise en place ou à la phase pilote dans plusieurs régions administratives de la Cisjordanie. Plus de 80 000 documents numériques ont déjà été téléchargés dans le système et traités.

Suleiman Khatib, le directeur des TIC de la police civile palestinienne, a précisé que le corps de police « commence déjà à observer des améliorations dans le cadre de ses opérations, notamment à l’égard de la gestion manuelle des activités et de la coordination avec le secteur de la justice pénale ».

Le système d’information permettra éventuellement à la police d’obtenir rapidement des informations précises à propos de différents aspects importants comme les comportements criminels, les secteurs à forte criminalité et les tendances à l’égard des incidents.

Des activités axées sur la durabilité

Le nouveau système d’information et de communication fournit un accès aux dossiers numérisés, automatise le déroulement des activités et fournit des données statistiques à des fins d’analyse, comblant ainsi certaines des insuffisances des documents papier et permettant une meilleure utilisation des ressources.

Le projet a été conçu en réponse à une étude effectuée en 2008 par EUPOL COPPS portant sur l’organisation et les processus de la police. Avant la mise en place du nouveau système, jusqu’à une centaine de bases de données actives étaient utilisées et leurs informations se chevauchaient, étaient désorganisées et désuètes, gênant le bon déroulement des activités de la police.

L’UNOPS a géré la conception et le développement du système logiciel de manière à respecter son engagement envers la durabilité. Bien qu’il eut été simple d’acheter auprès d’un tiers un système d’information déjà existant, en raison des coûts de licence annuels constants et élevés, cette option a été jugée non durable.

Le logiciel soutient actuellement les opérations de la police, les activités des ressources humaines, la gestion des enquêtes et la gestion de dossiers, et grâce à sa plateforme ouverte, ce système est compatible avec tout autre logiciel pouvant être requis dans le futur. Ainsi, le système peut être modifié en fonction de l’évolution des besoins du corps de police.

L'appropriation nationale

Dans le but de mieux répondre aux besoins locaux, le système d’information a été conçu sur place, à Ramallah, en collaboration avec le département des TIC du corps de police et des représentants chargés des opérations policières.

Dans la mesure du possible, les membres de l’équipe de développement du logiciel ont été engagés localement. Treize concepteurs de logiciel et quatre membres de l’équipe des TIC de la police ont ainsi été engagés localement. L’UNOPS a également fourni au personnel du corps de police des formations, des documents techniques détaillés et un soutien technique en milieu de travail, renforçant les capacités nationales en développant les compétences nécessaires à l’entretien et l’amélioration du système d’information.

« Cette approche inclusive et participative a favorisé une excellente collaboration dans ce secteur à l'égard des questions relatives aux TIC, une réelle appropriation locale et un véritable progrès durable », a affirmé Paul George, directeur adjoint pour l’Afrique et le Moyen-Orient du ministère canadien des Affaires étrangères et du Commerce international.

 

Dans le cadre d’autres projets bénéficiant du soutien d’EUPOL COPPS et visant à renforcer les capacités de la police civile palestinienne, l’UNOPS a également assuré la construction d’un bâtiment de formation de la police, la rénovation de commissariats de police, l’achat d’ordinateurs et autres appareils ainsi que la formation de personnel de sécurité.

 

Nos activités