UNOPS

Une construction parasismique pour les bureaux de la police d’Haïti

Un nouveau bâtiment répondant à des normes parasismiques a remplacé les unités préfabriquées servant auparavant de quartier général de la police à Port-au-Prince, dans le cadre d’un projet visant à renforcer l’état de droit en Haïti.

Le nouveau quartier général de l'Inspection générale de la Police nationale d'Haïti est le premier bâtiment public conçu spécifiquement en fonction des besoins des forces de police nationales. Les anciens quartiers généraux étaient situés dans des maisons privées ou des conteneurs ne disposant pas des installations nécessaires.

L'UNOPS a géré la construction du bâtiment, grâce à des fonds du gouvernement canadien et pour le compte du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

EN BREF

Les principales parties prenantes

  • Le gouvernement du Canada
  • Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)
  • La Police nationale d’Haïti
  • La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH)
  • UNOPS

Informations générales

 L'Inspection générale est chargée d'évaluer l'efficacité de la Police nationale d'Haïti dans l'exercice de ses fonctions de maintien de la sécurité publique, en gérant les ressources humaines, logistiques et financières de la force. Elle est également responsable des enquêtes liées aux plaintes publiques ou aux violations des droits de l'homme par la police.

Une conception durable

Inauguré en 2013, le nouveau bâtiment fournit à120 employés 75 bureaux modernes conçus afin d'améliorer la communication entre les membres du personnel. En plus d'être résistant aux ouragans et aux séismes, il est également conçu pour réduire la consommation d'énergie. Il comprend un système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et un espace ouvert au milieu du bâtiment, permettant aux bureaux de bénéficier d'une ventilation et d'un éclairage naturels. Le bâtiment comprend également une cafeteria, une salle de gym, une salle de serveur informatique ainsi que des salles d'interrogatoire et de détention. De plus, il est entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite.

  

En outre, depuis le début du projet en 2007, les forces de police ont reçu des véhicules et des équipements pour une valeur d'environ 2,7 millions de dollars, dont des systèmes informatiques conçus pour les finances, les ressources humaines, la gestion de données et l'identification d'empreintes digitales. L'UNOPS a géré toutes les activités liées aux achats pour ce projet.

Eric Chériska, l'inspecteur en chef de la Police nationale d'Haïti, a déclaré au sujet du nouveau bâtiment : « il constitue sans aucun doute un début de solution à l'important problème du manque d'infrastructures, un problème récurrent pour les bureaux de l'Inspection générale. »

EN BREF

Le budget

5,8 millions de dollars

Les ressources et les équipements fournis

  • Le nouveau quartier général de la Police nationale d’Haïti
  • Des véhicules de patrouille blindés et non blindés
  • Du matériel informatique

Des systèmes informatiques conçus pour :

  • les finances
  • les ressources humaines
  • la gestion de données
  • l’identification d’empreintes digitales

Les défis à relever

Peu après le début de la construction du quartier général en 2009, le séisme de janvier 2010 a frappé Port-au-Prince. Si les dommages subis par le site étaient minimes, des réparations ont toutefois été nécessaires, et il a fallu renforcer la structure.

Le renforcement des capacités

Afin de réparer les dommages structurels causés par le séisme et de rendre le bâtiment conforme aux normes parasismiques, l'UNOPS a engagé la société Miyamoto International pour fournir une formation sur le renforcement des structures à une entreprise locale. Il s'agissait de la première entreprise haïtienne à réaliser un projet d'une telle complexité.

« Ce projet est un très bon exemple de la manière dont l'UNOPS renforce l'expertise locale. Il s'agissait du premier bâtiment en Haïti à répondre à des normes parasismiques. Notre approche était d'apporter une expertise internationale et un encadrement aux entrepreneurs locaux. Les fournisseurs des matériaux et des équipements nécessaires aux travaux de renforcement ont également proposé des formations sur le terrain aux ouvriers locaux », explique le chef de projet, Jean-François Laurent.

Les partenaires haïtiens ont été consultés tout au long de ce projet, et l'UNOPS, avec le soutien du PNUD, a apporté une expertise technique aux deux entreprises locales assurant la construction du bâtiment et la supervision des travaux. Ce projet a créé environ 25 000 jours de travail pour les ouvriers haïtiens.

La réduction des risques liés aux catastrophes naturelles

 

En collaboration avec le ministère haïtien des Travaux publics, des Transports et des Communications, l'UNOPS apporte un soutien technique et administratif pour la préparation des directives sur la résistance des nouveaux bâtiments aux séismes et aux cyclones. L'UNOPS crée des solutions novatrices en matière de réduction des risques liés aux catastrophes naturelles afin d'atténuer les effets des phénomènes naturels dangereux grâce à l'expérience de ses ingénieurs spécialisés et de ses chefs de projets.

 

Nos activités