UNOPS

02/10/2015

Lutter contre la raréfaction de l’eau au Pérou

Environ 63 000 petits exploitants agricoles vivant dans des zones rurales pauvres et travaillant au sein d’écosystèmes vulnérables vont bénéficier d’une série d’études environnementales au Pérou.

Le Pérou est un pays possédant de vastes ressources naturelles et une riche biodiversité. Toutefois, des années de mauvaise gestion des ressources en eau par l'industrie manufacturière, les effets des changements climatiques, une population croissante ainsi que des pratiques agricoles inadéquates ont causé la raréfaction des ressources en eau et ont ralenti les efforts mis en œuvre pour assurer un développement durable. Cette situation est aggravée par une distribution inégale de l'eau dans le pays, causée par une mauvaise gestion des ressources. Par exemple, plus de 55 pour cent de la population du Pérou vit près des côtes, mais cette portion de la population n'a accès qu'à moins de deux pour cent des ressources en eau douce du pays.

 

« Dans certaines zones de la vallée du fleuve Pisco, des milliers d'hectares de terres arables ont été perdus en raison du manque d'eau. Les études techniques menées par l'UNOPS sont très importantes pour la gestion des ressources en eau. En outre, elles vont nous aider à planifier nos projets et à discuter du sujet avec les autorités ainsi que les institutions concernées », explique Leonidas Gamboa, président du comité des utilisateurs du fleuve Pisco.

 

L'UNOPS et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) travaillent en collaboration avec l'Autorité nationale de l'eau afin de renforcer les capacités institutionnelles en matière de gestion intégrée des ressources en eau. Ensemble, ces agences conçoivent, développent et supervisent diverses études environnementales, notamment techniques et d'impact sur l'environnement, afin de favoriser une gestion durable des ressources en eau du pays.

« En choisissant d’inclure des activités de gestion intégrée des ressources en eau à certains projets, le PNUE contribue au renforcement de la gouvernance, des infrastructures vertes, des services écosystémiques et de l’utilisation efficace des ressources en eau. Ces activités, en plus de bénéficier aux populations locales, aident à protéger les sources d’eau », remarque Mara Murillo, directrice régionale adjointe du bureau du PNUE pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

 

Actuellement, quatre projets mis en œuvre au Pérou ont recours à des études d’ingénierie spécialisées dans le but d’optimiser les systèmes d’irrigation et de soutenir une gestion intégrée des ressources en eau. Ces initiatives ont été conçues afin de rassembler des informations fiables pour renseigner les décisions de l’Autorité nationale de l’eau et améliorer les moyens de subsistance de populations locales.

Les activités favorisent notamment la participation active des communautés, dès la phase d'élaboration, afin de réellement créer des possibilités pour les populations locales. Grâce à plus de 300 réunions avec des dirigeants communautaires, l'approche de gestion intégrée des ressources en eau aide à renforcer des initiatives existantes telles que des associations d'agriculteurs, des propositions de modernisation de systèmes d'irrigation, la reconversion productive ou encore la restauration d'habitats naturels.

 

Une série de 82 initiatives de renforcement des capacités, conçues dans le cadre des projets, ont bénéficié à plus de 1600 participants, notamment des fonctionnaires gouvernementaux et des personnes travaillant dans le domaine de l’irrigation. Les ateliers ont permis d’améliorer les connaissances sur divers aspects, notamment la modélisation numérique, l’hydrogéologie, les méthodes de calibrage d’instruments de mesure et l’utilisation d’équipement spécialisé. En outre, plus de 750 entretiens avec des membres des communautés ont aidé à sensibiliser les populations aux projets et aux résultats escomptés.

 

Les ateliers de formation auprès des communautés ont été appréciés par les bénéficiaires, notamment Rebeca Uribe del Aguila, une spécialiste de l’Autorité nationale de l’eau. « La formation que nous avons reçue sur les méthodes modernes pour calibrer les instruments et mesurer le débit du fleuve était excellente. Apprendre à utiliser les logiciels pour mesurer le débit est très utile pour notre travail », explique-t-elle.

En tant qu’agences des Nations Unies, le PNUE et l’UNOPS sont déterminés à réaliser les objectifs de développement durable. Travaillant sur la base des principes d’excellence, de transparence, de responsabilité et d’accès à l’information, ces agences, conformément au mandat de l’ONU, ont pour priorité le bien-être des communautés vulnérables.

Pour visionner des photos de ce projet, veuillez consulter cet album Flickr.

Pour en savoir davantage sur le partenariat entre le PNUE et l'UNOPS, veuillez consulter cette fiche d'informations.