UNOPS

19/06/2012

Réduire la pauvreté au Myanmar

Le Fonds d’affectation spéciale pour les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire (LIFT), un fonds multidonateurs de soutien au Myanmar, vise à réduire l’extrême pauvreté et la faim, l’un des Objectifs du Millénaire pour le développement.

Le Myanmar demeure l’un des pays les plus pauvres de l’Asie du Sud-Est. Selon un récent sondage mené à l’échelle du pays, 26 pour cent de la population du Myanmar vit sous le seuil de pauvreté. En moyenne, les foyers consacrent 68 pour cent de leur budget total à l’achat de nourriture.

Le pilier de l’économie demeure l’agriculture, près de 63 pour cent de la population active travaillant dans ce domaine. Toutefois, près du quart des agriculteurs n’ont pas la possibilité de cultiver leur propre terre.

Le Fonds d'Affectation spéciale pour les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire (LIFT) est un fonds multidonateurs de soutien au Myanmar visant à réduire l'extrême pauvreté et la faim, l'un des Objectifs du Millénaire pour le développement.

Les détails du programme

Les donateurs ont mis en place une approche programmatique commune afin de renforcer le dialogue, de maximiser les résultats, de favoriser les interventions à long terme et d’éviter le chevauchement et la fragmentation des activités. Parmi eux figurent les gouvernements de l’Australie, du Danemark, de la Nouvelle-Zélande, des Pays Bas, du Royaume-Uni, de la Suède et de la Suisse ainsi que l’Union européenne.

L’UNOPS agit en tant que gestionnaire du LIFT, administrant le fonds et assurant le suivi et la supervision de ses activités. L’évaluation des résultats de ses activités et la diffusion de recherches centrées sur l’action sont des priorités du fonds.

L’augmentation de la production agricole

Grâce à un réseau de partenaires de mise en œuvre, les activités du LIFT se concentrent sur l’amélioration, de manière durable, de l’accès à la nourriture et des revenus de deux millions de bénéficiaires. Les bénéficiaires ciblés par le LIFT incluent les petits exploitants et les agriculteurs non propriétaires (soit entre 25 et 60 pour cent de la population, selon la région).

Le LIFT aide également de grandes exploitations et autres entreprises qui fournissent des emplois aux agriculteurs non propriétaires, notamment grâce à des crédits accordés aux fournisseurs et aux petites entreprises agroalimentaires.

En 2011, le LIFT avait des activités dans le delta de l’Ayeyarwady, dans la zone centrale aride de même que dans les états de Shan, de Chin, de Kachin et de Rakhine. On estime que les activités du LIFT ont profité à 1 110 000 bénéficiaires directs dans 222 000 foyers, dont 550 000 femmes.

Parmi les principales réalisations du LIFT, mentionnons :

  • La distribution de plus de 2200 tonnes métriques de semences de riz et 1200 tonnes métriques d’engrais à plus de 50 000 agriculteurs ;

  • La formation et le soutien de près de 30 000 agriculteurs afin de les aider à maximiser les bénéfices de leurs intrants agricoles ;

  • La distribution, en 2011, d’animaux d’élevage à près de 18 000 ménages pauvres et non propriétaires ;

  • La formation en matière de gestion et de moyens de subsistance et le développement des compétences professionnelles de plus de 70 000 membres appartenant à plus de 3700 groupes communautaires ;

  • Le soutien, grâce aux activités de microfinancement du LIFT, de plus de 50 000 ménages pauvres et vulnérables dans plus de 3000 villages. La majorité de ces prêts sont accordés à des femmes, notamment des prêts agricoles (environ 60 pour cent).

 

Visionner la video (en anglais)

Le développement des économies locales grâce au programme de microfinancement du LIFT

Thamein Htaw Theingone est un petit village tranquille du delta de l’Ayeyarwady comptant 200 habitants. En mai 2008, le village a été frappé par le cyclone Nargis. Maintenant, les villageois se relèvent et reprennent leurs activités grâce au crédit rural fourni par le LIFT.

Daw Than Htay, l’une des bénéficiaires du programme, affirme : « J’ai appris à fabriquer des vêtements en regardant des tailleurs dessiner des vêtements, couper le tissu et le coudre. Je savais coudre, mais je ne pouvais pas vendre de vêtements parce que je n’avais pas de machine à coudre. »

Daw Than Htay a reçu une subvention de 135 dollars d’un programme du Pact au Myanmar, financé par le LIFT. Elle s’est acheté une machine à coudre et gagne maintenant plus de 2,50 dollars par jour. Elle a ensuite reçu un prêt de 62,50 dollars d’un autre programme du Pact, également financé par le LIFT, qu’elle a utilisé pour acheter un cyclo-pousse à son mari. Son mari a pu quitter son dangereux emploi dans l’industrie de la pêche en haute mer et gagne suffisamment d’argent pour rembourser le prêt. « Mon mari gagne au moins 2,50 dollars par jour. Nous pouvons facilement rembourser le prêt », précise Daw Than Htay.

Grâce à l’argent gagné en plus, elle a pu envoyer son enfant à l’école et réparer sa maison, endommagée par le cyclone. Elle est convaincue qu’elle pourra développer ses activités davantage en suivant des formations. « Il y a tant de possibilités commerciales dans notre village. Maintenant je sais que je peux gérer une microentreprise sans difficulté », affirme-t-elle.

 

Nos activités