UNOPS

09/10/2012

La réhabilitation d’écoles améliore la qualité de l'éducation au Congo

Pour le compte du gouvernement, l’UNOPS met en œuvre un projet majeur de rénovation d’écoles en République démocratique du Congo, financé par la Banque mondiale.

L’instabilité, la pauvreté et les catastrophes naturelles en République démocratique du Congo ont sapé les efforts visant à fournir des services de base tels que l’éducation, entraînant la détérioration de nombreuses écoles dans tout le pays. Des millions d’enfants, les filles en particulier, n’ont qu’un accès très limité, voire pas d’accès à l’éducation.

Le gouvernement de la République démocratique du Congo travaille à l’amélioration de la qualité de l’éducation et des inscriptions de tous les enfants du pays, particulièrement des filles. Dans le cadre de ces activités, 58 écoles primaires font actuellement l’objet de rénovations partout dans le pays. Ces travaux vont bénéficier à environ 30 000 élèves.

Les détails du projet

Le ministère congolais de l'Enseignement primaire, secondaire et professionnel a lancé la première phase du projet de rénovation des écoles en 2009, grâce à des fonds de la Banque mondiale s’élevant à plus de 14 millions de dollars.

Outre la réhabilitation d’écoles primaires dans toute la République démocratique du Congo, ce projet permet la rénovation et l’équipement d’un institut de formation des enseignants, l'Université nationale de Pédagogie.

L’UNOPS met en œuvre les aspects du projet liés aux achats et au génie civil pour le compte du gouvernement congolais.

Les services que l'UNOPS fournit au projet comprennent :

  • La sélection d’entrepreneurs, d’entreprises de construction et de fournisseurs ;

  • La collaboration avec les communautés ;

  • La vérification et la validation des études techniques et financières, des dossiers d’appel d’offres et de rapports d’activité ;

  • La gestion financière et administrative ;

  • La coordination et la supervision des activités du projet ;

  • L’assurance de la qualité.

Améliorer les conditions d'apprentissage

Au total, l’UNOPS réhabilite 625 salles de classe, 58 installations sanitaires et 58 bureaux de directeurs d’écoles et a acheté plus de 8000 articles de mobilier scolaire. Les écoliers bénéficient à présent de salles de classe mieux construites, mieux éclairées, mieux aérées et assez grandes pour que tous les écoliers puissent être assis.

L’UNOPS a veillé à inclure dans ce projet des éléments liés à la question des genres via la conception et la construction d'installations sanitaires séparées pour les garçons et les filles. Leur construction a intégré des systèmes de gestion durable des déchets qui réduisent les risques environnementaux et sanitaires.

L’école primaire Ngangu 3 à Kikwit, dans la province de Bandundu, a été construite en 1955. Après sa récente réparation, le directeur, Mukwa Mayaya, a déclaré : « Nous allons redoubler d’efforts pour entretenir ce bijou dans son état actuel. »

Ce projet a également amélioré les conditions de travail des enseignants en formation grâce à la réhabilitation des auditoriums de l’université, des laboratoires de sciences et de langues, des « salles d’enseignement pratique » et des bâtiments administratifs. Il permet également de fournir des outils audiovisuels et multimédia de pointe pour le laboratoire de langues, du matériel radio et télévisuel pour le département des communications, et du matériel de recherche pour les laboratoires de biologie, de chimie et de physique.

Patience Ngelinkoto, du département de chimie de l’université, nous explique que le nombre d’étudiants qui choisissent de se spécialiser en chimie a considérablement augmenté depuis l’annonce de l’arrivée de nouveaux équipements.

Mme Ngelinkoto poursuit : « Les nouveaux équipements représentent une avancée majeure. Avant, nous pouvions uniquement donner des cours théoriques, mais depuis plus d'un mois, les étudiants peuvent lier la théorie à la pratique. La possibilité de travailler avec le matériel qu’ils étudient de manière théorique a décuplé l’intérêt et l’enthousiasme des étudiants.

« Nous avons également reçu des visites d’élèves d’écoles secondaires qui ont manifesté le même enthousiasme. Beaucoup d’entre eux nous ont dit qu’ils souhaitent étudier la chimie après leurs études secondaires. »

Renforcer les capacités des communautés

Dans deux écoles réhabilitées de Kinshasa, le total d’élèves inscrits à l’école primaire a augmenté de 84 pour cent pour atteindre le nombre de 1539, ce qui comprend 742 filles. Les nouvelles salles de classe, installations sanitaires, le mobilier de bureau ainsi que les nouveaux bancs vont également profiter à des élèves du niveau secondaire, qui utilisent les locaux l'après-midi. La réhabilitation de ces deux écoles a permis de générer 1500 jours de travail temporaire pour la communauté locale.

L’UNOPS, en engageant des entreprises congolaises pour effectuer les travaux et fournir le mobilier, a permis d’assurer la participation des communautés locales. Au total, ce projet a généré 56 700 jours de travail rémunéré.

Il a également permis de renforcer les capacités nationales en
termes d’achats en ayant recours aux services de la Direction des infrastructures scolaires du ministère de l’Éducation en tant qu’observateurs au cours du processus.

 

Nos activités