UNOPS

07/06/2017

« Nous pouvons et devons faire mieux. »

Lors de la Conférence sur les océans, Grete Faremo a rencontré des agences de l’ONU, des acteurs du secteur privé et des groupes de défense pour discuter de mesures communes afin de soutenir les communautés côtières et l’exploitation durable des océans.

« Nous souhaitons concentrer nos efforts sur deux éléments : la sensibilisation des jeunes à la protection des océans, et la capacité de l'UNOPS à mettre en œuvre des projets ayant un effet positif immédiat sur les communautés côtières et les populations touchées par l'état des océans », a déclaré Mme Faremo.

La conférence d'une semaine, tenue au siège de l'ONU à New York, rassemble des États membres, des agences de l'ONU, des organisations non gouvernementales, des acteurs du secteur privé ainsi que de nombreux groupes de défense afin de discuter de l'importance d'une intervention immédiate pour améliorer la santé des océans.

L'événement sert d'appel à l'action afin de lutter contre la pollution marine. Environ 80 pour cent des déchets dans les océans proviennent de sources terrestres.

Les participants ont souligné l'urgence de combattre la pollution en adoptant des politiques et règlements transfrontaliers rigoureux ainsi qu'en renforçant les infrastructures d'élimination des déchets. « Nous pouvons et devons faire mieux », a précisé Mme Faremo.

La surpêche, la sensibilisation à la protection des océans et le changement des habitudes de consommation grâce à l'innovation constituaient des sujets fréquemment abordés lors d'événements organisés en marge de la conférence.

En collaboration avec le collectif We Are The Oceans (WATO), l'UNOPS a organisé une réception à laquelle ont assisté environ 200 personnes, où Mme Faremo et des représentants de WATO ont discuté de l'importance de leur nouveau partenariat pour sensibiliser les jeunes et soutenir les personnes directement touchées par la santé des océans.

« WATO sensibilise les jeunes au moyen de la technologie, tandis que l'UNOPS travaille avec des gouvernements et agences de l'ONU afin de mettre en œuvre des projets durables, a affirmé Mme Faremo. Nous nous appuyons sur nos forces respectives pour créer des changements positifs et durables. »