UNOPS

Témoignage : Une entrepreneure en herbe à Jawzjan, en Afghanistan

« Grâce à la formation [...], nous avons appris à gérer nous-mêmes l’achat des matières premières. J’ai compris que nous étions capables de faire les mêmes choses que les hommes. » - Shakila, bénéficiaire d’une formation de l’UNOPS en Afghanistan.

https://wwwedit.unops.org/SiteCollectionImages/Voices/Shakila_photo_240x.jpg

Shakila a commencé à travailler dans l'artisanat à l'âge de quatorze ans, après avoir terminé ses études secondaires. Elle a depuis peaufiné ses compétences puisqu'elle coud des motifs complexes et réalise les points de tricot les plus difficiles. À présent, Shakila possède sa propre entreprise d'artisanat. Elle fabrique et vend des tricots ainsi que des vêtements, des couvertures, des taies d'oreiller et des tapis brodés à la main dans la province de Jawzjan, en Afghanistan.

Pourtant, ses débuts n'ont pas été simples. Ne possédant pas les compétences et les connaissances commerciales nécessaires, Shakila a éprouvé des difficultés à faire croître son entreprise.

« J'ignorais comment gérer mon personnel et acheter des matières premières. Je gaspillais beaucoup de temps avec la comptabilité, à calculer ce que je perdais et ce que je gagnais », explique-t-elle.

Shakila fait partie des 48 femmes afghanes formées grâce à un programme de renforcement des capacités d'entrepreneures locales, dans le cadre d'un projet d'amélioration de l'accès aux zones rurales s'étalant sur huit ans. Financé par l'Agence suédoise de coopération internationale au développement, ce programme vise l'autonomisation des femmes dans les provinces du nord de l'Afghanistan grâce à des formations sur des compétences entrepreneuriales fondamentales, tout en favorisant la création d'emplois et l'égalité des sexes. Outre des ateliers sur la gestion d'entreprise, ce projet a permis de former plus de 1500 femmes dans des domaines tels que l'agriculture, le tissage et la couture.

Adaptée aux besoins des femmes propriétaires d'entreprises et des futures entrepreneures, la formation à laquelle Shakila a participé traitait de thèmes tels que l'organisation, la production, la gestion des contrats, la comptabilité et l'achat de matières premières.

« Auparavant, nous achetions tout au même endroit. Nous ne comparions pas les offres pour obtenir des matières premières de qualité au meilleur prix. Nous ne savions pas non plus où et comment vendre nos produits, ni comment gérer la qualité », explique Shakila.

En plus d'acquérir des connaissances de base en gestion d'entreprise, les participantes ont également examiné les questions liées à l'égalité des sexes ainsi que les idées reçues au sujet des rôles des hommes et des femmes.

« Nous pensions que les femmes ne pouvaient pas travailler en dehors de chez elles et que seuls les hommes avaient la possibilité d'acheter des matières premières », confie Shakila, et elle ajoute : « Après la formation, nous avons réalisé que nous pouvions faire de même, alors nous sommes sorties de chez nous et avons appris à acheter nous-mêmes les matières premières. J'ai compris que nous étions capables de faire les mêmes choses que les hommes. »

Après avoir suivi cette formation, Shakila a déclaré avec fierté que ses bénéfices avaient augmenté de 70 pour cent. Son personnel est passé de 5 à 60 employés, parmi lesquels 20 femmes qualifiées.

« Tous ces changements sont très importants […]. Nous sommes ravies, car [la formation] nous a été très bénéfique », poursuit Shakila, au nom des femmes qui ont participé à cette formation, et elle ajoute : « À l'avenir, il nous faudra suivre une formation avancée. »

Photo : UNOPS/Jackquelyn Topacio