UNOPS

Un bénéficiaire au service de son pays

« J’espère que ce programme de renforcement des capacités pour les étudiants en ingénierie en Afghanistan se poursuivra. Les routes jouent un rôle très important dans notre pays, car le développement de notre économie en dépend. » - Ahmad Shahab Mobin, bénéficiaire d’une formation de l’UNOPS en Afghanistan.

Ahmad, un ingénieur de Mazar, en Afghanistan, a bénéficié d’une formation de l’UNOPS dans le cadre d’un projet d’amélioration de l’accès aux zones rurales. Photo : UNOPS

Après avoir obtenu les meilleurs résultats de son lycée, Ahmad Shahab Mobin s'est demandé de quelle façon il pouvait aider ses compatriotes et son pays. Lorsqu'il s'est vu offrir une bourse pour étudier en Inde, Ahmad a préféré refuser : s'il voulait aider son pays, il devait rester en Afghanistan. « Je veux acquérir des compétences ici, et venir en aide à la population et à mon pays », déclare-t-il.

Aujourd'hui, Ahmad est spécialiste en infrastructures et en développement, et travaille pour le gouvernement provincial de Mazar. Il joue un rôle important dans l'élaboration des plans d'infrastructures de la province et de la municipalité ainsi que dans la mise en œuvre de projets, fournissant une aide technique en matière de génie civil.

Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur à l'université de Balkh en 2014, Ahmad voulait acquérir une expérience concrète. « À l'université, vous apprenez essentiellement l'aspect théorique de l'ingénierie. La formation pratique, notamment sur l'utilisation de systèmes d'information géographique, l'inspection de travaux de construction ou l'essai de matériaux, n'était pas disponible. Notre université ne possède pas les infrastructures nécessaires afin de fournir une formation pratique », explique-t-il.

Ahmad fait partie des quelques étudiants en génie civil sélectionnés pour participer à une formation de 60 jours proposée dans le cadre du volet de renforcement des capacités d'un projet d'amélioration de l'accès aux zones rurales, mis en œuvre par l'UNOPS et financé par l'Agence suédoise de coopération internationale au développement.

Le projet vise à améliorer l'accès aux services sociaux et aux marchés, tout en renforçant les capacités pour la construction et l'entretien de routes dans les provinces du nord de l'Afghanistan. En plus de relier des régions isolées à des zones urbaines, le projet permet de réduire la pauvreté en créant des emplois dans le domaine des infrastructures, en plus de promouvoir l'entrepreneuriat des femmes.

Proposée à tous les étudiants en ingénierie des provinces de Jawjan, Balkh, Samangan et Sari Pul, la formation, qui faisait partie du projet, visait à améliorer les connaissances techniques et les compétences pratiques des étudiants.

Ahmad estime que cette formation lui a permis d'obtenir son poste de spécialiste. Une semaine après avoir terminé la formation, le bureau de la municipalité lui a offert un emploi.

« Au cours de l’entretien, on m’a interrogé sur mon expérience. J’ai présenté le certificat que j’ai obtenu à la suite de la formation, puis l’on m’a proposé de travailler pour la municipalité. »

La formation représente un élément important du projet, qui vise à renforcer les capacités de groupes cibles, notamment les étudiants en génie civil, les conseils communautaires (appelés « chouras »), les entrepreneurs, le ministère des Travaux publics, le ministère de la Réhabilitation rurale et du Développement, ainsi que les ingénieurs qui ont participé au projet. Ces activités favorisent la durabilité des infrastructures routières dans les provinces du nord.

Depuis 2013, le projet a permis de former 119 étudiants, 44 membres de chouras, 42 entrepreneurs, 43 membres de ministères et 8 ingénieurs.

Pour Ahmad, ce programme, qui montre l'importance des routes dans son pays, devrait être proposé aux étudiants en ingénierie de toutes les universités d'Afghanistan : « J'espère que ce programme de renforcement des capacités se poursuivra. Le développement de notre économie en dépend. »