UNOPS

Témoignage : trouver l’inspiration dans l’action

« Mes collègues mettant en œuvre des projets dans des zones difficiles de la région, notamment au Darfour, à Mogadishu et dans des régions isolées de Somalie, sont pour moi de grandes sources d’inspiration. » - Kazuyo Mitsuhashi, analyste en gestion de projets à Nairobi

/SiteCollectionImages/Voices/Kaz_voices_240x.jpg

J'ai rejoint l'UNOPS en avril 2014 comme coordonnatrice de projets au Soudan, où j'ai soutenu l'élaboration et la mise en œuvre d'un projet de réhabilitation d'une station de traitement des eaux usées au Darfour, financé par le gouvernement japonais. En mars 2015, j'ai rejoint le bureau de l'UNOPS au Kenya en tant que Jeune experte associée.

Je suis chargée de la mise en œuvre de deux projets : la réhabilitation d'un marché à Bossaso, une ville portuaire dans le nord de la Somalie, et l'évaluation des besoins du secteur des transports dans ce pays. Je travaille également à la mise en place de partenariats, en étroite collaboration avec l'ambassade du Japon au Kenya, en Ouganda et au Rwanda. Je suis très heureuse de travailler dans un cadre aussi dynamique et d'avoir la possibilité de voyager partout en Somalie. Cela me permet de mieux comprendre le pays et ses habitants, mais aussi la mise en œuvre de projets dans des États fragiles.

Mon poste à l'UNOPS en Afrique de l'Est est passionnant. Mes collègues mettant en œuvre des projets dans des zones difficiles de la région, notamment au Darfour, à Mogadishu ou dans des régions isolées de la Somalie, malgré les contraintes et les conditions de sécurité précaires, sont pour moi de grandes sources d'inspiration. À mon avis, l'un des principaux atouts de l'UNOPS est son personnel hautement qualifié et motivé, issu d'horizons divers. Ce qui me plaît également, c'est de travailler avec des partenaires qui contribuent à changer les choses, qui ont confiance en eux et qui prennent réellement en charge les projets.

Avant de rejoindre l'UNOPS, je travaillais pour l'ambassade du Japon au Soudan. En mars 2011, le Japon a été touché par un violent tremblement de terre et un tsunami, peu après que le gouvernement japonais et les agences de l'ONU ont signé un accord visant à soutenir le Soudan et le Soudan du Sud. De nombreuses personnes souffraient dans mon propre pays, et pourtant nous continuions de fournir, grâce à la générosité du peuple japonais, environ 80 millions de dollars d'aide d'urgence dans la région. Je me suis engagée à améliorer l'efficacité de ce projet. Cela m'a émue de réaliser que les contributions des donateurs représentaient un échange généreux de bonne volonté entre des peuples de pays différents. C'est pourquoi, en tant que membre du personnel de l'UNOPS, je fais tout mon possible pour atteindre d'excellents résultats, peu importe les circonstances.

Je poursuis également un doctorat sur le rôle joué par les acteurs externes dans la consolidation de la paix et la reconstruction après-conflit dans les États fragiles. Dans cette optique, je suis avide de connaître davantage le travail de l'UNOPS afin d'analyser la mise en place, les bénéfices et les défis de l'aide internationale dans un pays en reconstruction à la suite d'un conflit armé. Grâce à ma formation et mon expérience, je souhaite acquérir une meilleure compréhension de l'aide internationale dans des États fragiles ou en situation d'après-conflit. Grâce à ces recherches, j'espère fournir une contribution pratique à la mise en œuvre de projets sur le terrain.