UNOPS

Témoignages : Améliorer les moyens de subsistance en Tanzanie grâce au tourisme

« La Tanzanie est dotée d’une industrie touristique prospère, qui s’appuie sur des attractions telles que le parc national du Serengeti, le Kilimandjaro et l’archipel de Zanzibar, mais bien souvent, les bénéfices ne reviennent pas aux fournisseurs locaux. Par exemple, bien que du ketchup de qualité soit produit localement, les hôtels ne mettent souvent à disposition des clients que les marques internationales. Nous aidons à améliorer les moyens de subsistance des Tanzaniens en leur facilitant l’accès au marché de l’industrie touristique, qu’ils gagnent leur vie en cultivant des tomates, en soutenant les producteurs de tomates ou en travaillant dans une usine de production de ketchup. » - Peter Donelan, coordonnateur sectoriel, Tanzanie

https://wwwedit.unops.org/SiteCollectionImages/Voices/PeterD_1_240.jpg

​En Tanzanie, les fruits et légumes frais, les produits transformés tels que les cornichons au vinaigre, les sauces chili et le ketchup ainsi que les produits haut de gamme tels que les miels biologiques et le chocolat sont souvent importés. Seuls 60 % des biens vendus à l'industrie touristique sont produits localement, en comparaison avec le Kenya et l'Afrique du Sud où cette part dépasse les 90 %. Le tourisme contribue en grande partie au PIB de la Tanzanie (17,5 %). Ce secteur offre donc de multiples possibilités d'améliorer les conditions de vie d'un grand nombre de Tanzaniens. Mais comment procéder ? Ce sont ces possibilités que nous nous efforçons d'exploiter dans le cadre du projet que je coordonne.

Dès que j'ai vu l'offre d'emploi, j'ai su que j'étais fait pour ce poste, mais j'ai dû postuler à trois reprises avant d'obtenir un entretien d'embauche. Quand ils m'ont annoncé que j'avais été choisi, j'étais ravi. J'avais hâte de me lancer dans le projet. Je suis responsable de gérer et de coordonner toutes les étapes de ce projet de développement du commerce financé par le gouvernement suisse. Cette initiative est mise en œuvre par le gouvernement tanzanien et le Groupe interinstitutions des Nations Unies sur le commerce et les capacités productives, qui regroupe quatre organisations des Nations Unies.

Le projet a trois buts spécifiques : permettre aux agriculteurs et aux industriels tanzaniens de vendre plus facilement des biens de qualité à l'industrie touristique ; favoriser l'embauche d'une main-d'œuvre locale dans le secteur de l'hôtellerie, qui recrute souvent à l'étranger ; et approfondir la compréhension du climat des affaires et des questions liées au tourisme responsable au niveau public-privé. En favorisant la participation des communautés locales, nous améliorons leur accès à ce marché établi qui est à deux pas de leur porte.

L'appropriation nationale est extrêmement importante pour assurer la viabilité d'une initiative de développement, et c'est l'un des objectifs principaux de ce projet. Notre équipe de gestion de projet est intégrée au ministère de l'Industrie et du Commerce, ce qui lui permet de répondre très rapidement aux besoins des partenaires nationaux. De plus, chaque agence des Nations Unies est jumelée à des organisations locales partenaires qui sont financièrement viables et qui seront en mesure de poursuivre le travail entamé une fois le projet achevé.

Parce que j'ai supervisé la conception de ce projet en Tanzanie, j'ai l'impression d'en connaître tous les détails, et c'est d'autant plus exaltant de le voir mis en œuvre jusqu'à la fin de l'année 2016. Au contraire, dans mes emplois précédents en tant qu'expert-conseil en matière de commerce, je participais à la conception des projets puis je faisais mes valises et je partais, ou alors j'étais engagé pour gérer un projet qui était déjà en cours de réalisation.

Avant d'occuper ce poste, je concevais des projets similaires en tant que consultant pour l'Organisation mondiale du commerce au Rwanda, au Libéria, en Gambie et en Tanzanie. J'ai également travaillé pour le Programme des Nations Unies pour le développement en Sierra Leone pendant quatre ans, collaborant avec le gouvernement pour intégrer le commerce au programme de développement national.

Les projets dans le domaine du développement présentent de nombreux défis. Pour qu'ils soient couronnés de succès, nous devons nous assurer que chaque changement que nous souhaitons apporter au milieu du commerce est viable à long terme. La plus importante contribution de ce projet est de fournir aux Tanzaniens de meilleures possibilités d'assurer leurs moyens de subsistance.

L'UNOPS est le gestionnaire du fonds d'affectation spéciale du Secrétariat d'État à l'économie de la Suisse, une contribution du gouvernement suisse dans le cadre de l'initiative « Aide pour le commerce », qui inclut un important fonds d'affectation spéciale multidonateurs du Cadre intégré renforcé également géré par l'UNOPS. Conjointement, ces deux fonds soutiennent les pays moins avancés pour qu'ils participent plus activement au commerce mondial.