UNOPS

Témoignages : Jan Mattsson

« La fonction de JEA m’a permis de réaliser qu’il n’y a pas de limites en ce qui concerne les possibilités et notre capacité à changer les choses. » - Jan Mattsson, ancien directeur exécutif de l'UNOPS

jan mattsson 240

​« J’ai commencé à travailler au sein des Nations Unies en tant que JEA pour l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) en 1982. J’étais basé à Sri Lanka et je suis resté deux ans et demi à ce poste.

Durant cette période, j'ai eu la possibilité de nouer d’excellents contacts avec des interlocuteurs gouvernementaux, des collègues et des experts. Les atrocités commises à l’encontre des Tamouls à Colombo restent gravées dans ma mémoire. J’ai eu la possibilité de participer à des activités visant à sauver des vies, au point de me retrouver dans la ligne de mire, au sens propre.

Cette expérience en tant que JEA fut une période fantastique et riche en enseignements et, à posteriori, je suis étonné du niveau des responsabilités que l'on m'avait confiées à l'époque. Ce poste m’a ouvert les portes de l’ONU et m'a initié à son travail. Je continue d'ailleurs à en apprendre tous les jours. La fonction de JEA m’a permis de réaliser qu’il n’y a pas de limites en ce qui concerne les possibilités et notre capacité à changer les choses. J’ai appris que si l’on établit un lien fort entre son travail et la manière dont il touche les gens, il est possible d’avoir des effets positifs sur leur vie.

Après mon poste au Sri Lanka, j’ai assumé de nombreuses fonctions sur le terrain en Asie, notamment celles de Coordonnateur résidant et représentant dans le pays pour le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), le Programme Alimentaire mondial (PAM) et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC). Plus tard, je suis arrivé au siège du PNUD en tant que Directeur du Bureau de la gestion. Mes nombreuses responsabilités incluaient la gestion du changement, la planification stratégique, les ressources humaines, les finances, la gestion budgétaire, l’informatique, les questions juridiques, l’approvisionnement, la sécurité et l’administration générale.

J’ai rejoint l’UNOPS en 2006 en tant que Directeur exécutif au sein de son siège à Copenhague. Je suis fermement convaincu que l’UNOPS donne aux gens les possibilités et la flexibilité nécessaires pour changer les choses sur le terrain là où la qualité et la rapidité font vraiment la différence.

C’est un privilège de travailler pour les Nations Unies, de pouvoir agir localement, en étant guidé par les valeurs et les principes de la communauté internationale. »