UNOPS

Témoignages : Bâtir une culture de santé et de sécurité

« Si l’UNOPS partait de la Palestine demain, je pourrais dire que nous avons réellement contribué à y changer les choses en matière de gestion des infrastructures, ce qui a permis d’améliorer les conditions de vie de mes collègues travailleurs de la construction. » - Jiries Awad, ingénieur de projet

J-Awad-photo-1_240x240.png

​« Quand j'ai commencé à travailler pour l'UNOPS, mon superviseur m'a dit qu'il voulait que tous nos chantiers de construction en Palestine respectent des normes internationales en matière de santé et de sécurité. Je suis Palestinien, alors je connais bien la manière dont les travaux de construction se déroulent ici : avec des gens qui viennent travailler en sandales. Comment allions-nous les convaincre de porter un équipement de protection individuelle ? Il nous fallait changer la mentalité des gens.

Nous avons décidé d'adopter une approche progressive afin d'amener les travailleurs à suivre les directives de santé et de sécurité au travail. En premier lieu, nous en avons fait une règle, que nous avons intégrée à nos contrats. Mais la règle en elle-même n'est pas suffisante. Il faut donner aux gens les outils pour la respecter et également l'envie de le faire. Nous avons donc commencé à fournir des casques de protection, des gilets réfléchissants et des bottes de sécurité aux ouvriers parce qu'aucun d'entre eux n'en possédait. Nous les avons également aidés à vérifier que leurs outils et leur matériel étaient sûrs.

Nous avons ensuite commencé à organiser des ateliers réguliers sur la sécurité, lors desquels nous rassemblons tous les ouvriers pour tenter d'identifier les risques d'accident et expliquer la meilleure manière de réaliser les nouvelles activités avant même le début des travaux.

Au cours de l'un de nos récents entretiens, un ouvrier très expérimenté s'est levé et a déclaré devant tous : “C'est la première fois que je travaille sur un chantier de construction où les dirigeants ne veulent pas uniquement terminer les travaux, mais aussi nous aider à bien faire notre travail et à rentrer chez nous sains et saufs.” À ce moment, j'ai compris que nos efforts commençaient à changer les choses. Ce fut une bonne journée au travail.

Nos ouvriers arrivent depuis sur les chantiers de construction en portant leurs casques et leurs gilets de sécurité, et ils réalisent des inspections de sécurité hebdomadaires. Aucune activité à risque élevé n'est entreprise sans qu'une évaluation des risques ait été réalisée et qu'un descriptif du déroulement des activités ait été mis par écrit. Nous avons remplacé les dangereuses plateformes de bois que les ouvriers locaux utilisaient auparavant par des échafaudages homologués. Ces changements ont également amélioré la qualité des constructions, fournissant aux Palestiniens de meilleurs produits finis.

L'UNOPS possède une très bonne réputation en Palestine en raison des règles internationales strictes de santé et de sécurité que l'organisation adopte sur ses chantiers de construction, et je suis fier de nos réalisations dans ce domaine. Si l'UNOPS partait de la Palestine demain, je pourrais dire que nous avons réellement contribué à y changer les choses en matière de gestion des infrastructures, ce qui a permis d'améliorer les conditions de vie de mes collègues travailleurs de la construction. »