UNOPS

Témoignages : Apprendre à envisager les projets « du point de vue de l’égalité »

« Il existe un lien étroit entre le principe de bonne gouvernance et l’égalité hommes-femmes. Il ne peut y avoir de développement durable sans une bonne gouvernance. » - Ana Nedeljkovic, Assistante de programme

https://wwwedit.unops.org/SiteCollectionImages/Europe/Serbia/Voices_Ana-Nedeljkovic_240x240.jpg

​Depuis 2012, Ana Nedeljkovic, assistante de programme à l'UNOPS, travaille en collaboration avec le Programme européen de partenariat avec les municipalités (EU PROGRES) en Serbie, un programme financé par l'Union européenne et le gouvernement suisse, et mis en œuvre par l'UNOPS. Ce programme a pour but d'améliorer la stabilité et le développement socioéconomique dans le sud et le sud-ouest de la Serbie.

« La mise en place d'une bonne gouvernance est un processus à long terme qui comporte de nombreuses facettes. Par exemple, je participe à des projets qui favorisent l'inclusion sociale et l'égalité hommes‑femmes, qui proposent une assistance juridique gratuite aux citoyens, qui accordent des microfinancements pour favoriser l'entrepreneuriat féminin et qui sensibilisent les communautés aux questions liées à la santé, organisent des formations et favorisent le partage de connaissances. Tous ces projets contribuent à la mise en place d'une bonne gouvernance, même s'il ne semble pas toujours y avoir de lien direct. L'ampleur du programme est considérable : EU PROGRES collabore avec 25 municipalités et met actuellement en œuvre plus de 260 projets.

Lorsque les gens entendent l'expression “bonne gouvernance”, ils ne comprennent pas forcément à quoi cela correspond réellement et trouvent le concept compliqué. Nous utilisons des mots comme “transparence”, “responsabilité”, “non-discrimination”, “participation” et “efficacité”, et souvent notre compréhension de l'importance et des conséquences réelles du principe de bonne gouvernance se perd dans cette foule de termes.

Novi Pazar Serbia Good governance 

Une animation de rue dans le cadre de la campagne « I want to... because I live here » sur le thème de la bonne gouvernance, financée par l'Union européenne et le gouvernement suisse. Photo : UNOPS

Mais alors, comment définir ce principe en termes concrets ? Il s'agit de créer des conditions favorables pour que s'opère un véritable changement. Par exemple, lors de la construction d'une nouvelle école maternelle, nous avons également aidé la municipalité à instaurer des règles pour lutter contre la discrimination, ce qui améliore le taux de fréquentation des enfants et l'accès à l'éducation.

Un autre exemple est celui d'un projet d'approvisionnement en eau. Lorsque nous avons constaté que les fonds destinés au projet ne seraient pas tous dépensés, nous avons aidé la municipalité à décider comment utiliser les sommes restantes pour subventionner les factures d'eau des habitants les plus démunis.

De telles mesures nous aident à assurer un meilleur respect des droits et des intérêts des citoyens. Selon moi, c'est la preuve que des concepts qui semblent abstraits peuvent améliorer concrètement la qualité de vie de nombreuses personnes, et c'est ce qui compte le plus. »

Le projet d'EU PROGRES pour l'égalité hommes-femmes : apprendre à envisager les projets « du point de vue de l'égalité »

Le projet d'EU PROGRES pour l'égalité hommes-femmes vise à favoriser l'autonomisation et la formation des femmes, ainsi qu'à sensibiliser la population aux questions liées à la santé des femmes et à l'égalité des sexes.

« Il existe un lien étroit entre le principe de bonne gouvernance et l'égalité hommes-femmes, deuxième objectif transversal du programme EU PROGRES. Le principe de bonne gouvernance a pour objectif d'augmenter la participation des citoyens, des personnalités politiques et des institutions à la prise de décision au niveau communautaire, et une participation égale des femmes et des filles y est essentielle.

Jusqu'à présent, le projet pour l'égalité hommes-femmes a permis de réaliser d'importants progrès dans ce domaine dans le sud et le sud-ouest de la Serbie. Grâce à nos efforts de sensibilisation, nous avons réussi à mettre en place divers mécanismes en faveur de l'égalité dans 21 municipalités, et à en convaincre sept autres d'allouer des fonds à la création de conseils pour l'égalité. Ces mesures aident les municipalités à organiser des activités pour améliorer de manière concrète l'égalité hommes-femmes à l'échelle locale. L'UNOPS a également participé à l'organisation de formations sur l'intégration d'aspects liés à l'égalité hommes-femmes dans les projets.

Le programme EU PROGRES a également accordé trente-cinq subventions à des projets traitant divers problèmes, liés notamment à la santé, à la prévention de la violence, ainsi qu'à l'autonomisation économique, l'entrepreneuriat et une meilleure représentation politique des femmes. En outre, ce programme a soutenu l'amélioration des installations de maternités et d'établissements médicaux afin de les aider à mieux répondre aux besoins des femmes. Des campagnes de sensibilisation sur le thème de la santé ont également été organisées.

Malgré ces résultats positifs, la mise en œuvre du projet n'a pas été sans difficulté. J'ai dû faire face à des problèmes sociaux et des situations complexes. L'obstacle le plus important auquel je me suis heurtée a été la perception traditionnelle [dans la société serbe] des femmes comme femmes au foyer, qui fait que leur potentiel en tant que membres actifs de la société n'est souvent pas reconnu. Le manque de volonté politique constituait un autre obstacle à la promotion de l'égalité des chances tant dans la sphère publique que dans la vie privée.

Il faut du temps pour comprendre les problèmes et mettre en œuvre des changements : le temps de briser les stéréotypes, le temps de vaincre les préjugés et le temps de comprendre ce que veut vraiment dire l'égalité.

J'attends beaucoup d'EU PROGRES, mais ce que je souhaite avant tout, c'est d'aider à renforcer la capacité de tous les acteurs de la mise en œuvre de projets, des gouvernements locaux aux organisations locales, à envisager les projets du point de vue de l'égalité hommes‑femmes. »

Le programme EU PROGRES est un élément important de l'agenda européen pour la Serbie. Les projets mis en œuvre dans le cadre de ce programme aident à préparer la société et le gouvernement local à relever les défis et à avancer sur la voie de l'adhésion à l'Union européenne.