UNOPS

Témoignage : Retour sur un voyage de 40 ans

« J’ai la chance d’avoir pu occuper des postes variés et contribuer au travail exemplaire de diverses agences de l’ONU. Cela a rendu mon travail très intéressant et m’a apporté une grande satisfaction. - Shirani de Mel, adjointe principale aux ressources humaines à Sri Lanka

https://wwwedit.unops.org/SiteCollectionImages/Voices/Voices_Shirani_240x.jpg

 

Tout au long de l’année 2015, l’UNOPS célèbre quelques-unes de ses principales réalisations, échange avec des membres de son personnel comptant le plus d’années de service et planifie ses activités afin de continuer à remplir sa mission : aider les personnes démunies.

Quand je pense à ma carrière à l’ONU, j’ai souvent l’impression de voyager dans un compartiment spécial d’un train. De nombreux passagers montent dans ce train, et certains n’y restent qu’un instant puis en descendent avant de prendre d’autres directions. C’est un train multinational et multiculturel. Ma carrière touchant à sa fin, je prends le temps de revenir sur le chemin que j’ai parcouru à bord de ce train pendant près de 40 ans, et je me remémore les bons souvenirs de ce voyage.

J’ai rejoint le bureau du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Sri Lanka en 1976. J’ai également travaillé dans ce pays pour le Programme alimentaire mondial, l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel et l’Organisation internationale pour les migrations. En plus de Sri Lanka, j’ai travaillé pour l’Agence internationale de l’énergie atomique à Vienne et pour le PNUD en République populaire démocratique de Corée. J’ai rejoint l’UNOPS en janvier 2007 en qualité d’adjointe principale aux ressources humaines pour aider le responsable international des ressources humaines.

Depuis 2010, je suis responsable de l’unité des ressources humaines de mon bureau, un rôle que j’estime important pour l’organisation. Je me concentre principalement sur le recrutement. Il s’agit d’un travail où le contact humain est au premier plan, et qui nécessite d’être objectif et patient, de respecter le point de vue des autres et de gagner la confiance du personnel et de la direction. Il est important de bien organiser son travail et de respecter les délais, tout en veillant à toujours préserver la confidentialité.

L’une de mes plus grandes réalisations à l’UNOPS a été en 2008, lorsque les Contrats de prestataires individuels ont été introduits. Cela a représenté un changement important pour l’UNOPS, et a demandé beaucoup de travail de la part de l’équipe des ressources humaines, mais la nouvelle modalité contractuelle en valait la peine. Avec le temps, des avantages ont été intégrés aux contrats de prestataires individuels, notamment différents types de congés, une aide médicale et un fonds de prévoyance. Pour moi, c’est un énorme progrès pour l’UNOPS dans ses efforts pour renforcer les bonnes pratiques en matière de ressources humaines.

Mais la période la plus intéressante de ma carrière a été mon travail pour le PNUD en République populaire démocratique de Corée. J’ai trouvé cela fascinant de vivre dans un pays communiste. Les gens avaient peu ou pas de contact avec le monde extérieur. Je me souviens avoir invité les membres du personnel national à ma soirée de départ, dans mon appartement situé dans le quartier diplomatique. J’ai dû obtenir l’autorisation du ministère pour qu’ils puissent venir me visiter. Un employé local a souligné dans son discours que c’était la première fois qu’ils avaient l’occasion de goûter à de nouveaux plats. Ce sont ces moments que j’ai préférés, des moments uniques avec des personnes uniques venant du monde entier.

Je crois que c’est un privilège de travailler pour l’ONU. J’ai la chance d’avoir pu occuper des postes variés et contribuer au travail exemplaire de diverses agences. Cela a rendu mon travail très intéressant et m’a apporté une grande satisfaction.

À présent, je vais prendre ma retraite et profiter de la vie d’une manière différente, avec ma famille. Quand je pense à l’avenir, il me vient à l’esprit un poème intitulé « Loisir », que j’avais appris à l’école. Il commence ainsi : « Qu’est-ce que cette vie si, à tant s’inquiéter, il n’est de temps pour s’arrêter et contempler ? ». Je veux à présent me reposer et profiter de ce beau pays qu’est le mien. Je veux contempler la nature environnante, les oiseaux, les écureuils et les arbres.

Je souhaite beaucoup de réussite à la famille des Nations Unies afin qu’elle poursuive ses efforts pour faire de ce monde un endroit meilleur pour tous.