UNOPS

Témoignages : Mikko Lainejoki

« Mon travail de JEA m’a permis d’élargir mes horizons tant sur le plan personnel que professionnel. » - Mikko Lainejoki, Directeur et représentant de la Cellule opérationnelle en Afghanistan

mikko 240

​« J’ai commencé ma carrière au sein des Nations Unies en 1982, au Zimbabwe, en tant que JEA pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Nos activités couvraient 15 pays en Afrique orientale et australe, de la Tanzanie au Lesotho,ainsi que certains pays de l’océan Indien. À cette époque, un programme de vaccination avait été mis en place et j’étais responsable de l’organisation des chaînes du froid pour la distribution des vaccins dans tous les pays de la région. J’ai également eu pour tâche de former le personnel à l’égard de la chaîne du froid, de la logistique et de la gestion intermédiaire de programmes.

À la fin de mon contrat de JEA, je suis retourné travailler dans le secteur privé pour des entreprises œuvrant, entre autres, dans le domaine de la conception et de la vente de systèmes de réfrigération commerciale et également dans la fabrication de machinerie lourde destinée à l’exploitation minière souterraine et à la construction. J’étais notamment responsable de la gestion de projets et d’activités commerciales. Vers la fin de l’année 1991, j’ai rejoint le bureau de l’UNICEF en Éthiopie, où j’ai agi en tant qu’expert de la chaîne du froid pour le programme de vaccination de ce bureau. À la fin de mon contrat, j’ai été transféré à la Division des approvisionnements de l’UNICEF, à Copenhague, pour y gérer l’achat de matériel de vaccination. Durant les 15 années qui ont suivi, j’ai assuré différentes fonctions liées aux achats à l’UNICEF, puis en 2006, on m’a proposé d’être à la tête d’un programme de relèvement en Inde, à la suite du tsunami. Après avoir travaillé six mois sur ce projet, j’ai rejoint l’UNOPS afin de gérer le Three Diseases Fund au Myanmar. J’ai occupé cette fonction pendant quatre ans avant de déménager au Pakistan pour y diriger le bureau de pays de l’UNOPS.

Mon expérience de JEA a été très valorisante. Étant membre d’une petite équipe, on m’a donné la liberté d’assumer beaucoup plus de responsabilités que si j’avais été en poste au siège de l’organisation. C'est en étant JEA que j'ai éprouvé ma plus grande satisfaction professionnelle. Mon travail et la vie au Zimbabwe étaient très intéressants. J’ai pu conserver un bon équilibre entre le travail et ma vie personnelle, et mon expérience a été très enrichissante. Mon travail était formidable et j’ai eu le sentiment de faire quelque chose de bien et d’important pour la société.

Mon travail de JEA m’a permis d’élargir mes horizons tant sur le plan personnel que professionnel, d’améliorer ma confiance en moi et d’apprendre à travailler dans un environnement très diversifié. Mais par-dessus tout, ces années m’ont fait comprendre l’importance du respect des droits de chaque individu, sans oublier qu’elles ont également été le tremplin de ma carrière.

Maintenant, au sein de l’UNOPS, j’apprécie la flexibilité et la liberté qu’on m’accorde pour chercher de nouvelles façons de mettre en œuvre des projets, et également l’excellent esprit de coopération qui règne au sein de l’organisation. »