UNOPS

Témoignages : Pierre Jullien

« Mon expérience de JEA a été pour moi un apprentissage, et j'ai pu partager mes propres connaissances et compétences avec ceux que j'ai par la suite supervisés. » - Pierre Jullien, Directeur et représentant du Centre d’opérations en Côte d’Ivoire

pierre 240

​« Il m'aura fallu à peine deux ans pour tracer le chemin qui m'a finalement mené à l'UNOPS. D’octobre 1991 à mars 1994, j’ai eu le privilège de travailler en tant que JEA au sein du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), en Algérie. Ce fut le début de mon apprentissage des questions fondamentales liées à la coordination et la planification des activités humanitaires, une étape très importante pour la carrière que j’allais poursuivre au sein de l’ONU. Lorsque j’étais en Algérie, j’ai coordonné les volets du programme national du PNUD relatifs aux réformes agraires et économiques et j’avais pour responsabilité d’élaborer d'importants rapports sur le développement.

Ma plus belle expérience de JEA a été lorsque j’ai été réaffecté à la division alors appelée PNUD-OPS, laquelle soutenait le Fonds international de développement agricole à New York. Le but principal de mon affectation était de soutenir la supervision de projets et la gestion de prêts dans le cadre d’activités de développement rural. J’ai eu la chance de m’occuper de toutes les étapes du cycle de projet, de l'élaboration aux activités d'achats en passant par la planification budgétaire et la conception de plans de travail, en plus de soutenir et de superviser des équipes de projets dans des régions éloignées d’Afrique et d’Amérique latine.

Mon expérience de JEA a été pour moi un apprentissage, et j'ai pu partager mes propres connaissances et compétences avec ceux que j'ai par la suite supervisés. Mon meilleur conseil aux futurs JEA est d’être curieux, de désirer apprendre et de ne pas avoir peur de proposer des idées et de faire preuve d'initiative. C'est en agissant ainsi que vous serez en mesure de contribuer pleinement au travail de votre équipe. Comme ce fut le cas dans le cadre de mon contrat, si vous en avez la possibilité, n’hésitez pas à changer de bureau et de pays. Je crois qu’il s’agit de la meilleure façon d’améliorer vos compétences et de démontrer votre capacité d’adaptation à différents milieux et cultures.

À la suite de mon contrat de JEA, j’ai continué à travailler au sein du PNUD-OPS, qui est devenu l’UNOPS en 1995, et j’ai géré des programmes environnementaux en Amérique latine et en Afrique. J’ai ensuite été réaffecté en Afrique à Abidjan, en Côte d’Ivoire, puis à Dakar, au Sénégal, afin de gérer les portefeuilles de projets de bureaux régionaux. En octobre 2006, j’ai été nommé au poste de directeur du bureau de l’UNOPS en République démocratique du Congo et six ans plus tard, je suis retourné en Côte d’Ivoire pour remplir mes fonctions actuelles de directeur du bureau de l’UNOPS dans ce pays, lequel gère les activités de l'organisation dans toute l’Afrique de l’Ouest francophone.

L’UNOPS, compte tenu de la nature de ses activités, de sa culture non hiérarchique et de sa recherche constante de l’excellence opérationnelle, est une organisation qui offre à ses employés de réelles possibilités d'apprentissage et de perfectionnement. À l'UNOPS, la capacité d'assumer des responsabilités supplémentaires, de prendre des risques calculés et d'obtenir des résultats sur le terrain est valorisée, ce qui est enrichissant pour de jeunes professionnels ne possédant qu’une expérience limitée en matière de gestion. »