The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Actualité

Stocker des vaccins en toute sécurité au Kosovo

L’UNOPS a travaillé avec les autorités du Kosovo* pour créer un nouveau centre permettant de stocker des vaccins dans des conditions sûres.

Partager sur les réseaux sociaux

Financé grâce à un prêt de 800 000 euros de la Banque de développement du Conseil de l’Europe, le nouvel établissement central de stockage de vaccins à Pristina, d’une surface de 1200 mètres carrés, abritera l’ensemble des vaccins et du matériel de vaccination du Kosovo. Ce centre servira également à entreposer d’autres types de matériel utilisé par l’Institut national de santé publique, notamment des tests de dépistage et des réactifs.

L’UNOPS a soutenu la population du Kosovo avant et pendant la pandémie, et soutiendra les efforts de relèvement afin de contribuer à bâtir un avenir plus sain et plus résilient. »

Brendan Kiernan - directeur du bureau de l’UNOPS à Pristina

Ce projet s’inscrit dans le cadre des activités d’urgence de lutte contre la COVID-19 mises en œuvre par le Kosovo, dont l’UNOPS est un partenaire important depuis le début de la pandémie.

Le nouveau centre de stockage va améliorer la capacité du Kosovo à gérer et administrer les vaccins, ce qui renforcera la résilience des services de santé face aux perturbations futures.

Dans le cadre du projet, l’UNOPS a géré la conception et la construction des installations. L’organisation a en outre assuré l’achat et la livraison de camions réfrigérés spécialisés dans le transport sécurisé de vaccins, ainsi que d’équipements essentiels pour le centre de stockage.

« L’approvisionnement en vaccins est une chose, mais leur stockage dans des conditions sûres est un tout autre défi. Ce nouveau centre va apporter une aide à celles et ceux qui en ont besoin, aujourd’hui et pour les décennies à venir », explique Brendan Keirnan, responsable du bureau de l’UNOPS à Pristina.

*Toutes les références au Kosovo doivent être entendues dans le plein respect de la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies.


À lire également