The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Renforcer la résilience climatique au Ghana

L’UNOPS et ses partenaires vont mener une étude de référence sur l’incidence des changements climatiques sur le développement du secteur des infrastructures au Ghana.

Dans le cadre d’un projet de renforcement de la résilience des systèmes nationaux d’infrastructures, une étude portant sur les effets des changements climatiques sera menée dans trois secteurs, ceux de l’énergie, de l’eau et des transports.

Ce projet a été élaboré et sera mis en œuvre conjointement par l’UNOPS, le Programme des Nations Unies pour l’environnement, le Centre mondial pour l’adaptation, l’Environmental Change Institute de l’Université d’Oxford et le ministère ghanéen de l’Environnement, des Sciences, des Technologies et de l’Innovation.

Il s’agit d’une initiative importante visant à soutenir les efforts du Ghana pour développer des infrastructures résilientes qui sont conformes aux priorités nationales, à l’Accord de Paris sur le climat et aux Objectifs de développement durable. Nous sommes ravis de participer à ce projet. »

Grete Faremo - Secrétaire générale adjointe de l’ONU et Directrice exécutive de l’UNOPS

Financé à hauteur de 500 000 euros par le Centre mondial pour l’adaptation, le projet sera réalisé sur 12 mois et aidera le Ghana à identifier ses besoins en matière d’adaptation des infrastructures et à établir une feuille de route pour y répondre.

« Je suis ravi que le Centre mondial pour l’adaptation puisse lancer ce projet, qui jouera un rôle de catalyseur dans le renforcement de la résilience des secteurs de l’énergie, de l’eau et des transports au Ghana », souligne Patrick Verkooijen, directeur général du Centre mondial pour l’adaptation.

Les résultats de l’étude serviront à améliorer la planification et la gestion des infrastructures nationales.

« En tant que décideurs, nous devons disposer d’informations de haute qualité, de données cohérentes, et nous devons être en mesure d’utiliser ces informations pour éclairer les décisions en matière de planification [d’infrastructures] », déclare Kwabena Frimpong-Boateng, ministre de l’Environnement, des Sciences, des Technologies et de l’Innovation.

L’objectif à long terme est de renforcer la résilience des infrastructures du Ghana face aux menaces liées aux changements climatiques, notamment en adoptant des solutions qui s’inspirent de la nature. Le projet contribuera également à garantir une planification intégrée du développement d’infrastructures à travers les différents secteurs.

« Le Ghana se trouve à un moment crucial où de bons choix en matière d’infrastructures contribueront au développement durable au cours des années à venir », affirme Jim Hall, professeur à l’Université d’Oxford. « J’espère que cette étude aidera les autorités ghanéennes à faire de meilleurs choix afin de bâtir un avenir durable. »


À lire également