The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Actualité

Faciliter l’accès des personnes réfugiées et des communautés hôtes aux services en Ouganda

Un nouveau pont va faciliter l’accès à des services sociaux et de protection, en plus d’améliorer l’efficacité de l’aide humanitaire en Ouganda.

Partager sur les réseaux sociaux

Dans le district de Terego, en Ouganda, il fallait auparavant près d’une heure et demie pour parcourir en voiture les 54 kilomètres entre deux zones du camp de personnes réfugiées de Rhino séparées par la rivière Nyara. La traversée de la rivière pendant la saison des pluies était particulièrement dangereuse, et a coûté la vie à des membres de communautés locales.

Le nouveau pont sur la rivière Nyara, dont la construction a été mise en œuvre par l’UNOPS grâce à des fonds de 2,4 millions de dollars du gouvernement du Japon et du ministère ougandais des Travaux et des Transports, change la donne. Le pont réduit la distance entre les deux zones du camp à seulement 10 kilomètres et la durée du voyage à moins de 15 minutes, sans compter que la traversée de la rivière est maintenant beaucoup plus sûre.

Nous espérons sincèrement que le pont va résoudre les problèmes d’accessibilité, particulièrement pendant la saison des pluies, et qu’il va favoriser l’intégration des communautés qui l’utilisent. »

Rainer Frauenfeld - directeur du bureau multi-pays de l’UNOPS au Kenya

« Le pont de la rivière Nyara va jouer un rôle dans l’approche globale visant à assurer l’intégration locale et la promotion d’une coexistence pacifique entre les personnes réfugiées et les communautés hôtes », affirme S.E. Fukuzawa Hidemoto, ambassadeur du Japon en Ouganda.

Dans le cadre du projet, une entreprise locale a été engagée pour la construction du pont, créant des moyens de subsistance pour des personnes réfugiées et des membres de la population locale. En outre, le pont améliore la capacité de transport routier et favorise ainsi l’accès aux possibilités d’affaires, la croissance économique des communautés hôtes ainsi que l’autonomie et l’autosuffisance à long terme des personnes réfugiées.

« On s’attend à ce que la construction de ce pont bénéficie à toute la région du Nil occidental », souligne Bageya Waiswa, secrétaire permanent du ministère des Travaux et des Transports.

En coordination avec le ministère ougandais des Travaux et des Transports, l’UNOPS a par ailleurs assuré une formation technique sur l’inspection, l’entretien et l’utilisation du pont. Les connaissances techniques ainsi acquises vont contribuer à assurer le bon fonctionnement du pont à long terme, en plus de jouer un rôle essentiel dans de futurs projets de construction de ponts.


À lire également