The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Bâtir un avenir durable à Sainte-Lucie grâce à des infrastructures de qualité

Un nouveau rapport souligne les besoins grandissants en infrastructures que les petits États insulaires en développement doivent satisfaire en raison de la croissance économique et des changements climatiques.

Élaboré par l’UNOPS et le Consortium de recherche sur la transition des infrastructures de l’Université d’Oxford, en partenariat avec le gouvernement de Sainte-Lucie, ce rapport adopte une approche intégrée de la planification des infrastructures afin d’anticiper les besoins futurs de ce pays.

Évaluation des infrastructures nationales de Sainte-Lucie

L’objectif de ce rapport est d’établir une vision pour la planification des infrastructures de Sainte-Lucie qui soit conforme aux Objectifs de développement durable et à l’Accord de Paris sur le climat.

Lire le rapport (en anglais)

Sainte-Lucie mérite des félicitations pour avoir adopté cette approche, qui permettra de maximiser les bénéfices socio-économiques de moyens limités, tout en protégeant les ressources naturelles uniques du pays et en assurant sa résilience en dépit des défis mondiaux. »

Grete Faremo - Directrice exécutive de l’UNOPS

« Sainte-Lucie est très vulnérable aux changements extraordinaires qui affectent le climat mondial ainsi qu’aux crises humaines imprévues telles que la pandémie de la COVID-19 actuellement en cours », souligne Allen Chastanet, premier ministre et ministre des Finances de Sainte-Lucie.

« Nous devons agir rapidement pour nous préparer au pire des scénarios et assurer la résilience des communautés et de notre population », ajoute-t-il.

Les infrastructures sont à la base de l’économie de Sainte-Lucie, et en raison de la croissance des secteurs du tourisme et de l’agriculture, la demande en matière d’infrastructures va sans doute augmenter. En même temps, les effets des changements climatiques, notamment l’augmentation du niveau de la mer et les phénomènes météorologiques extrêmes, ont de lourdes répercussions sur les infrastructures de cet État insulaire.

Il est donc essentiel que la planification des infrastructures de Sainte-Lucie tienne compte de la durabilité et de la résilience pour que le pays soit en mesure de répondre à la demande croissante en infrastructures tout en améliorant ses conditions sociales, économiques et environnementales.

Ce rapport s’appuie sur la collecte et l’analyse de données abondantes pour évaluer les besoins futurs de Sainte-Lucie en matière d’infrastructures d’approvisionnement en eau et en énergie, de traitement des eaux usées et de gestion des déchets solides. Il fournit également des recommandations pour répondre à ces besoins tout en alignant les priorités nationales de développement sur les engagements internationaux en la matière, notamment les Objectifs de développement durable et l’Accord de Paris sur le climat.

« Cette mesure stratégique nous permet de prendre du recul et d’évaluer nos infrastructures actuelles, y compris nos systèmes socio-économiques. Il s’agit d’une étape importante pour la prospérité économique d’un pays en développement comme le nôtre », précise Cointha Thomas, secrétaire permanente du ministère des Finances de Sainte-Lucie.

Le rapport évalue également les risques sociaux, économiques et environnementaux des changements climatiques dans 24 secteurs afin d’aider le gouvernement à établir ses priorités en matière d’adaptation et à faire des choix éclairés en matière d’infrastructures pour assurer un développement durable et résilient à long terme.

« Nous voulons que le fruit de nos efforts ait des résultats positifs partout dans le monde. Nous espérons que ce rapport n’est qu’un élément d’un nombre grandissant de mesures qui contribueront à bâtir des infrastructures durables dans le monde entier », affirme Jim Hall, professeur sur le climat et les risques environnementaux à l’Université d’Oxford.


À lire également