The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

L’efficacité des dépenses publiques au cœur de la réalisation du Programme 2030

Un nouveau rapport, publié par The Economist Intelligence Unit avec le soutien de l’UNOPS, indique que l’adoption de pratiques d’achats plus efficaces par les gouvernements peut débloquer des ressources afin de combler le manque de financement considérable pour atteindre les Objectifs de développement durable.

Cet essai, intitulé « L’avenir des dépenses publiques : le rôle déterminant des achats dans la réalisation des Objectifs de développement durable », affirme que l’ampleur des marchés publics, qui représentent généralement 15 à 30 pour cent du produit intérieur brut des pays, fait des achats publics un important moteur de changement. Des dépenses publiques efficaces permettent aux gouvernements de réellement soutenir la réalisation de leurs objectifs de durabilité sociale, environnementale et économique. 

« La façon dont les gouvernements dépensent leur argent peut avoir des effets positifs considérables. Cela peut favoriser l’innovation, créer des emplois et stimuler la croissance économique, et aussi influencer les comportements et contribuer à réduire les émissions de carbone », souligne Grete Faremo, Directrice exécutive de l’UNOPS.

Les gouvernements font face à de graves manques de financement pour réaliser leur programme de développement, mais ils ont une occasion unique d’utiliser leur pouvoir d’achat pour contribuer concrètement à atteindre les Objectifs de développement durable. Cet essai en explique l’importance. »

Grete Faremo - Secrétaire générale adjointe de l’ONU et Directrice exécutive de l’UNOPS
L’avenir des dépenses publiques

« Nos recherches démontrent que les gouvernements ont plusieurs possibilités de se servir des achats comme d’un levier pour atteindre leurs objectifs de durabilité, et que l’amélioration de l’efficacité des dépenses publiques peut libérer des fonds en faveur du développement durable », déclare Jeremy Kingsley, rédacteur en chef pour The Economist Intelligence Unit.

Bien que les gouvernements commencent à reconnaître que les achats peuvent être un outil puissant en matière de politiques, il reste de nombreux obstacles à surmonter. L’idée fausse selon laquelle les biens et services durables seraient souvent plus coûteux, ainsi que la vision à court terme qui conduit à rechercher le prix le plus bas au moment de l’achat plutôt que de s’intéresser au coût financier, social et environnemental d’un produit sur tout son cycle de vie, sont des exemples de ces difficultés, tout comme le sont la fragmentation des structures organisationnelles, la corruption et l’absence de connaissances de base en matière d’achats publics.

Le rapport se penche également sur la façon dont les gouvernements peuvent se servir des technologies numériques pour favoriser les achats responsables, notamment pour l’analyse des contrats, le suivi de la chaîne d’approvisionnement et la détection des cas de corruption.

Rédigé par The Economist Intelligence Unit avec le soutien de l’UNOPS, cet essai indépendant inclut des contributions de spécialistes des secteurs concernés, notamment des membres du gouvernement du Ghana, de la Banque mondiale, de l’Organisation de coopération et de développement économiques, de la Banque interaméricaine de développement, de Transparency International, de la municipalité d’Oslo et du Basel Institute on Governance.

Dans le cadre d’une précédente collaboration, un essai publié par The Economist Intelligence Unit avec le soutien de l’UNOPS étudiait le rôle essentiel des infrastructures pour la réalisation des Objectifs de développement durable.


À lire également