The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Améliorer l’accès à l’éducation en Afghanistan

Chaque enfant mérite d’aller à l’école, mais plusieurs décennies de conflit ont rendu ce droit quasiment inaccessible dans certaines régions d’Afghanistan.

L’éducation est la pierre angulaire du plan de l’Afghanistan pour le développement et la croissance économique. Toutefois, il est extrêmement difficile de garantir l’accès à l’école dans certaines régions du pays. Dans les zones les plus reculées, les possibilités d’éducation peuvent être limitées et difficiles d’accès, voire inexistantes.

Les distances entre les villages sont parfois grandes, et le trajet pour se rendre à l’école peut être dangereux pour les jeunes enfants, les enseignantes et les enseignants. L’inquiétude pour la sécurité pousse d’ailleurs souvent les parents à ne pas envoyer leurs enfants à l’école, particulièrement les filles.

L’éducation en Afghanistan

  • Alphabétisation

    En Afghanistan, plus de la moitié de la population adulte est illettrée.

  • Accès à l’école

    Les filles représentent 60 pour cent des 3,7 millions d’enfants qui ne vont pas à l’école.

  • Écart entre les genres

    Au total, 55 pour cent des hommes adultes savent lire et écrire, contre 30 pour cent des femmes adultes.

Dans certaines régions, les élèves suivent leurs cours sous des tentes, sans réelle protection contre les intempéries.

« Quand notre école n’avait pas de bâtiment, nous n’avions aucune protection contre la pluie, le soleil, la neige, le vent, la poussière et le bruit. Nos cours étaient sans arrêt perturbés », souligne une élève d’un lycée pour filles. « Il était difficile d’étudier, car il faisait trop froid en hiver et trop chaud sous le soleil pendant l’été. »

Afin de faciliter l’accès à l’éducation, d’améliorer l’environnement d’apprentissage et de réduire les risques associés au fait de se rendre à l’école, l’UNOPS a conçu et construit plusieurs écoles dans les provinces de Parwan, Kapisa et Pandjchir en partenariat avec le ministère afghan de l’Éducation, grâce à des fonds de la République de Corée.

Grâce à ce projet, plus de 24 000 enfants, dont 14 500 filles, peuvent désormais exercer un de leurs droits humains les plus importants et fondamentaux : le droit à l’éducation.

72
communautés du centre de l’Afghanistan ont bénéficié directement du projet.

Nous avons enseigné dans des tentes humides pendant dix ans. Aujourd’hui, notre école possède un bâtiment moderne, des meubles et des fournitures. »

- le directeur d’une école de la province de Pandjchir

« Les enfants peuvent aujourd’hui étudier dans un environnement extrêmement favorable à l’apprentissage », affirme la directrice d’une école de la province de Kapisa.

Un projet conçu avec les communautés

Les équipes du projet ont consulté les communautés locales, le personnel enseignant et les directions provinciales de l’éducation sur un certain nombre de sujets, notamment sur le choix des meilleurs emplacements pour les écoles, et une main-d’œuvre locale a assuré la construction et la sécurité. Cette démarche a permis de garantir que les écoles répondent aux besoins locaux tout en tenant compte de la culture et des habitudes de chaque communauté.

Par ailleurs, des matériaux de construction locaux ont été utilisés, et des membres des communautés bénéficiaires ont participé à la construction des écoles, ce qui a permis de créer de l’emploi à l’échelle locale, et ainsi de stimuler l’économie et de renforcer les capacités locales afin de garantir que les écoles resteront opérationnelles au cours des années à venir.

Les écoles ont en outre été conçues de façon à résister aux tremblements de terre, fréquents en Afghanistan. Toutes les écoles ont également été dotées de panneaux solaires hors réseau qui leur fournissent une alimentation en énergie renouvelable et propre. L’électricité produite est utilisée pour alimenter les systèmes d’éclairage, de pompage de puits profonds ainsi que de chauffage et de refroidissement.

Dans le cadre de ce projet, les écoles ont été équipées de toilettes sûres et garantissant l’intimité pour les élèves et le personnel enseignant, ainsi que de systèmes d’alimentation en eau potable, d’alarmes incendie et de stations de lavage des mains. De plus, des systèmes de récupération des eaux de pluie ont été installés afin de minimiser la consommation d’eau.

Le défi de la sécurité

L’UNOPS travaille souvent dans des contextes parmi les plus difficiles au monde. En Afghanistan, l’organisation a travaillé avec des personnes âgées influentes au sein des communautés locales, qui ont soutenu fermement le projet, afin de mener à bien la construction des écoles malgré les contraintes sécuritaires.

Toutes les écoles disposent par ailleurs de rampes d’accès, ainsi que de salles, de toilettes et de bureaux accessibles en fauteuil roulant, afin de faciliter l’accès des personnes présentant un handicap physique.

« Grâce à ce projet, les enfants, filles et garçons, auront la possibilité de faire des études supérieures », souligne Paul Cruickshank, directeur de bureau et représentant de l’UNOPS en Afghanistan. « Ces jeunes pourront ainsi participer à l’économie afghane et contribuer à sortir le pays de la pauvreté, mais aussi du conflit. »

À propos du projet

L’UNOPS a conçu et construit 24 écoles dans les provinces de Parwan, Kapisa et Pandjchir. Ce projet a été financé par la République de Corée à hauteur de 9,1 millions de dollars et mis en œuvre en partenariat avec le ministère afghan de l’Éducation. Il a amélioré l’accès à l’éducation de 24 000 enfants, dont 14 500 filles. De plus, ce projet a créé 180 000 jours de travail pour des membres des communautés locales.


À lire également