Faire face à une crise sanitaire

Découvrez comment la réhabilitation de l’un des principaux hôpitaux du Yémen améliore la qualité des soins prodigués par le personnel médical.

En savoir plus

Chaque mois, plus de 3000 femmes accouchent et jusqu’à 4000 enfants bénéficient de soins à l’hôpital Al Sabeen de Sanaa, la capitale du Yémen. L’établissement, qui est la plus importante maternité et le plus important hôpital pour enfants du pays, prend en charge des personnes venues des quatre coins du Yémen et emploie un grand nombre de médecins ainsi que de spécialistes du traitement de maladies rares.

Malgré le rôle majeur joué par cet hôpital dans la prestation de soins maternels et pédiatriques, la médiocrité des conditions et le manque d’équipements adaptés posaient de nombreux défis.

L’hôpital tombait en ruines. Il était impossible de proposer des services efficaces ou de qualité. Notre travail était très difficile. Les médecins devaient parfois surprescrire des antibiotiques pour tenter de prévenir la propagation de maladies infectieuses. »

Majeda Al Kateeb - directrice de l’hôpital

Une situation critique

Au cours des huit dernières années, le conflit au Yémen a mis en péril la santé des communautés d’un bout à l’autre du pays, où plus de 20 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire. La dégradation de la santé maternelle, la hausse de la malnutrition infantile et des épidémies de maladies transmissibles ainsi que le recul du taux de vaccination ont notamment augmenté la pression sur les services de santé déjà submergés.

Selon des estimations, une mère et six nourrissons meurent toutes les deux heures au Yémen à la suite de complications liées à l’accouchement. Plus des deux tiers de la population n’ont pas accès à des soins de santé de base. L’amélioration des installations sanitaires et de la qualité des services est donc vitale.

50 %
d'établissements de santé pleinement fonctionnels
Le saviez-vous ?

Seulement 50 pour cent des établissements de santé du Yémen sont pleinement fonctionnels. Ce manque d’installations sanitaires adéquates vient s’ajouter à la pénurie de spécialistes, de matériel et de médicaments ainsi qu’à la détérioration des infrastructures, qui rendent extrêmement difficile la fourniture de soins de santé.

Dans le cadre des efforts déployés pour fournir une assistance humanitaire au Yémen et contribuer à relever certains des défis sanitaires les plus urgents du pays, l’UNOPS a conclu un partenariat avec la Banque allemande de développement (KfW) en vue de réhabiliter et d’équiper d’importants établissements de santé publique en fonction des besoins de la population.

L’hôpital Al Sabeen est le premier établissement à avoir été sélectionné pour faire l’objet de travaux de rénovation, comprenant la réhabilitation et l’équipement de ses installations. L’infrastructure d’alimentation en eau a également été modernisée et le système d’éclairage a été remplacé afin d’améliorer l’efficacité énergétique. Une attention particulière a été accordée à la maîtrise des maladies infectieuses, en réponse à la pandémie de la COVID-19 et à la hausse de la vulnérabilité du Yémen face aux épidémies. Plusieurs salles ont notamment été équipées en vue de servir d’unités d’isolement en cas de besoin.

Plus de 130 000 personnes bénéficieront de l’amélioration des installations de l’hôpital Al Sabeen. Grâce à notre partenariat avec KfW et le gouvernement de l’Allemagne, l’hôpital est beaucoup mieux équipé pour fournir des soins de santé essentiels aux mères yéménites et à leurs enfants. »

Muhammad Usman Akram - directeur du bureau multi-pays de l’UNOPS à Amman

Des résultats tangibles

Les personnes prises en charge ou employées dans l’établissement constatent déjà les effets positifs des améliorations apportées à l’hôpital. Les rénovations ont en effet facilité le travail du personnel soignant.

Après la rénovation de l’hôpital, la situation a changé du tout au tout. Aujourd’hui, nous sommes plus à l'aise pour travailler. Nous pouvons mieux nous coordonner et nous organiser. C’est complètement différent. »

Sumia Taha - auxiliaire médicale

De nouveaux équipements de pointe aident les spécialistes à prodiguer des soins de meilleure qualité. Un échographe 4D à ultrasons, par exemple, permet à Sabaa Amer (photographiée ici), radiologue, de pratiquer des examens plus approfondis en cas de dépistage d’anomalies fœtales. « C’est l’un des meilleurs appareils que nous ayons reçus. [L’hôpital] accueille un grand nombre de personnes atteintes de difformités, qui sont légion aujourd’hui à cause de la guerre », explique-t-elle.

Des membres du ministère de la Santé ont formé le personnel hospitalier au fonctionnement et à l’entretien des nouveaux équipements, afin qu’ils contribuent à sauver des vies pendant de nombreuses années.

Présentation du projet


Le « projet de renforcement de la résilience grâce à l’amélioration d’établissements de santé au Yémen » est financé par la KfW pour le compte du gouvernement de l’Allemagne. Ce projet d’une valeur de 75 millions de dollars vise à améliorer l’accès à des soins de santé de qualité au moyen de la rénovation d’infrastructures, de la modernisation d’équipements médicaux, de la fourniture de matériel hospitalier et du renforcement des capacités médicales. Dix-neuf établissements de santé ont été réhabilités et 21 salles d’hôpital ont été rénovées et équipées pour servir d’unités d’isolement dans les gouvernorats d’Aden, d’Al Mahwit, de l’Hadramaout, de Lahij et de Sanaa.


Ce projet s’aligne sur les objectifs de santé fixés dans le Plan d’assistance humanitaire au Yémen pour 2019, qui vise à améliorer l’accès à des soins de santé primaires et secondaires, à renforcer la capacité des hôpitaux à faire face à des épidémies ainsi qu’à remettre en état des installations sanitaires fermées ou endommagées.