The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Acheminer des fournitures essentielles au Yémen

Au cœur de l’une des pires crises humanitaires au monde, l’UNOPS contribue à assurer l’acheminement de produits de première nécessité pour soutenir les personnes démunies.

Le conflit en cours au Yémen a provoqué une crise humanitaire généralisée et dévastatrice. Plus de 80 pour cent de la population a besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Selon les estimations du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, au début de l’année 2019, 24 millions de personnes dans le pays avaient besoin d’une aide immédiate, et plus de 10 millions de personnes souffraient d’insécurité alimentaire.

  • Cet article est une version modifiée d’un texte initialement publié dans « Champions cachés », la première publication approfondie révélant des histoires uniques sur l’UNOPS.
Un navire décharge du sucre dans le port de Salif, au Yémen, sur la mer Rouge, le 30 septembre 2017.

Je crois que le Mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies accomplit un travail remarquable [...] Je suis convaincu que le mécanisme s’acquitte de sa mission avec beaucoup de professionnalisme [...] »

António Guterres - Secrétaire général des Nations Unies

En collaboration avec ses partenaires, l’UNOPS s’efforce d’améliorer l’accès des Yéménites à des fournitures essentielles afin de satisfaire leurs besoins élémentaires. Dans le but de faciliter l’entrée de marchandises commerciales, l’UNOPS et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires ont collaboré pour créer le Mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies pour le Yémen en décembre 2015, pour le compte du gouvernement du Yémen, des Nations Unies et de ses États membres. Le Mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies a été mis en place pour assurer la supervision et l’inspection du déchargement de marchandises commerciales et de l’aide humanitaire bilatérale aux ports yéménites de la mer Rouge qui ne sont pas sous le contrôle du gouvernement.

Depuis sa création, le mécanisme a dû relever de nombreux défis liés au contexte dynamique et changeant propre aux situations de conflits. L’approche de l’UNOPS a consisté à coopérer avec les principaux intervenants pour trouver des solutions permettant au mécanisme de vérification de s’acquitter le plus efficacement possible de son mandat.

Gérant ses opérations depuis Djibouti, le mécanisme a élaboré toute une série de procédures visant à empêcher les retards et les blocages dans l’acheminement de biens à la population yéménite.

Nous nous réjouissons d’avoir pu trouver une solution à un problème qui aggrave les obstacles que rencontrent le Yémen et son peuple. En mettant en œuvre le mécanisme de vérification et d’inspection avec ses partenaires, l’UNOPS a pu contribuer aux efforts visant à faciliter l’accès du peuple yéménite à des produits et marchandises de base. »

Farouk Hirzalla - responsable de projet de l’UNOPS pour le mécanisme de vérification

Lire l'entretien avec Farouk Hirzalla, responsable de projet pour le Mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies

Pourquoi ce projet était-il si important ?
Les obstacles aux importations commerciales au Yémen ont conduit à une grave pénurie de produits de première nécessité. Si l’on veut remédier à la situation humanitaire catastrophique au Yémen, il est indispensable de rétablir un flux régulier des navires commerciaux à destination du pays.

Quels obstacles avez-vous rencontrés et comment les avez-vous surmontés ?
Le projet du Mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies a été mis en œuvre dans un environnement en évolution rapide, marqué par un conflit. Travailler dans ce type d’environnement est très difficile en soi. Heureusement, le mécanisme a eu l’immense chance de compter sur des partenaires et des parties prenantes ayant le même objectif en tête : venir en aide à la population du Yémen. Dès qu’une difficulté ou un problème se posait, nous coopérions étroitement avec nos partenaires pour y apporter une solution concrète. Nous avons par exemple travaillé avec nos partenaires pour réduire le délai d’attente pour l’obtention des autorisations de déchargement. De 48 heures au départ, le temps d’attente est passé à 10 heures, selon les derniers chiffres en date. Nous tenons également des réunions mensuelles avec les principaux partenaires et parties prenantes, et nous utilisons ce forum pour discuter des problèmes potentiels et des meilleures façons d’y remédier rapidement.

Quelles ont été les réussites du projet ?
Entre mai 2016 et décembre 2018, le mécanisme a reçu 1071 demandes de dédouanement, parmi lesquelles 875 ont été acceptées. D'autre part, 271 navires ont été inspectés dans les eaux internationales et les eaux territoriales. Au cours de cette même période, le mécanisme a facilité l’acheminement de plus de 10 millions de tonnes de denrées alimentaires, de carburant et de marchandises générales aux ports de Hodeïda, de Ras Issa et de Salif.

Quels types de commentaires recevez-vous ?
Les résultats obtenus par le Mécanisme de vérification et d’inspection ont été reconnus et salués par de hauts fonctionnaires des Nations Unies. Des hommages nous ont également été rendus dans plusieurs rapports de haut niveau au Conseil de sécurité, par le Secrétaire général, par le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence ainsi que par d’autres agences des Nations Unies.

Aperçu des opérations du mécanisme de vérification

Consultez le site Internet du Mécanisme de vérification et d’inspection des Nations Unies pour en savoir plus sur les activités du mécanisme en soutien aux navires commerciaux et d’aide humanitaire bilatérale se rendant aux ports yéménites de la mer Rouge.

En plus de mettre en place les procédures et les infrastructures nécessaires au bon fonctionnement du mécanisme, l’UNOPS est entré en contact direct avec les parties prenantes, y compris les transporteurs maritimes, afin de répondre à leurs questions et de les inciter à revenir aux ports yéménites de la mer Rouge. Ces efforts ont permis au mécanisme de vérification de devenir une source de données commerciales fiables sur les importations vers les zones du Yémen échappant au contrôle du gouvernement. « Les statistiques et les analyses sont transmises aux organisations internationales, aux ONG et aux autres intervenants concernés travaillant au Yémen », précise M. Hirzalla. L’équipe du projet a également travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement du Yémen, notamment en accueillant dans ses rangs un responsable du ministère des Transports, qui a aidé à accélérer l’obtention des autorisations pour le déchargement de navires commerciaux.

Entre le 5 mai 2016 et le 31 décembre 2018, le déchargement de 875 navires de commerce a été autorisé. De ces 875 bateaux, 271 ont été soumis à des inspections afin de confirmer qu’ils respectaient les résolutions applicables du Conseil de sécurité des Nations Unies. Le mécanisme a ainsi facilité l’acheminement de plus de 10 millions de tonnes de denrées alimentaires, de carburant et de marchandises générales aux ports de Hodeïda, de Ras Issa et de Salif. À la suite de la conclusion d’un accord lors de pourparlers de paix entre les parties yéménites en Suède, en décembre 2018, le mécanisme de vérification va désormais effectuer davantage de suivi et d’inspections. « Nous sommes prêts à apporter tout le soutien qui sera jugé nécessaire pour mettre en œuvre l’accord et soutenir les efforts visant à instaurer la paix au Yémen », affirme M. Hirzalla.


À lire également