The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Questions de santé : vaincre la mortalité maternelle au Kenya

L’accès à des soins de santé est un droit fondamental, au cœur d’une vie digne. Pourtant, de trop nombreuses personnes sont privées d’une bonne santé en raison d’inégalités sociales et économiques. Les femmes et les filles restent un groupe extrêmement vulnérable, et la santé maternelle demeure une préoccupation majeure partout dans le monde.

Alors que les pays unissent leurs forces afin de réduire la mortalité maternelle dans le but d’atteindre l’Objectif de développement durable no 3, il est important d’être à l’écoute des personnes pour qui l’accès aux soins de santé est difficile et de placer la résolution de leurs difficultés au centre de notre travail.

Nous devons nous demander à quoi ressemble la vie sans soins de santé ou lorsque l’accès à ces services est un véritable défi. Que ressent-on quand des vies sont en jeu et qu’il est difficile d’obtenir les services nécessaires pour les sauver ?

Dans une série de trois articles, nous nous penchons sur les efforts, les réussites et les espoirs d’une communauté du Turkana, l’un des comtés les plus pauvres du Kenya. Prenez part à notre voyage.

  • La longue marche

    Accéder à des soins de santé maternelle dans le comté de Turkana, au Kenya, peut parfois s’avérer un défi de taille.

  • Aider les mères et leurs enfants

    Découvrez le quotidien d’une travailleuse de santé communautaire du comté de Turkana, au Kenya.

  • Les coulisses d’une maternité au Kenya

    Des femmes enceintes, certaines sur le point d’accoucher, doivent voyager jusqu’à 500 kilomètres pour obtenir les soins dont elles ont besoin.

  • Toujours vulnérables

    Chaque jour, plus de 800 femmes perdent la vie en raison de complications qui auraient pu être évitées au cours de la grossesse ou de l’accouchement. 

    Partager sur Twitter

  • Accès inégal aux soins de santé

    99 pour cent des décès maternels ont lieu dans des pays en développement, dont plus de la moitié en Afrique subsaharienne.

    Partager sur Twitter

  • Le saviez-vous ?

    La probabilité qu’une fille de 15 ans meure des suites de sa grossesse ou de son accouchement est de 1 sur 4900 dans les pays développés contre 1 sur 180 dans les pays en développement.

    Partager sur Twitter


À lire également