The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Améliorer l’éducation grâce à l’énergie solaire au Pakistan

Grâce à l’énergie solaire, des écolières et écoliers du Pakistan étudient dans de meilleures conditions.

C’est un jeudi après-midi de juin comme un autre à l’école de Kahi Bazid Khel, une école primaire publique mixte du district de Kohat, dans le sud de la province du Khyber Pakhtunkhwa. Les élèves sont en classe et travaillent dur pour apprendre leurs leçons. Des lampes éclairent les salles de classe et des ventilateurs les rafraîchissent, alors que la température extérieure atteint 45 degrés Celsius.

Deux ans auparavant, l’école aurait été contrainte de fermer en cas de température aussi étouffante. Pendant les journées de chaleur extrême, les conditions étaient insupportables et même dangereuses pour les élèves et le personnel enseignant.

« Les conditions étaient très pénibles. Il faisait horriblement chaud », raconte Abid Saeed, un enseignant de l’école Kahi Bazid Khel. « Il n’y a que les élèves et le personnel enseignant de cette école qui peuvent comprendre les difficultés auxquelles nous faisions face. »

Le saviez-vous ?

  • Le nombre d’enfants non scolarisés au Pakistan est le deuxième plus élevé au monde, le pays comptant plus de 22 millions d’enfants non scolarisés parmi les jeunes de 5 à 16 ans.

Pendant les mois d’été brûlants où l’école restait ouverte, Abid emmenait les enfants dehors pour faire cours à l’ombre des arbres. Les élèves avaient du mal à se concentrer sur leurs leçons et le taux d’absentéisme était élevé.

Je ne voulais pas aller à l’école. Nous devions nous asseoir dehors pour suivre les cours. C’était inconfortable et nous transpirions beaucoup. »

Faryal - élève en troisième année d’école primaire
Regardez le témoignage de Faryal

Faryal, dont la matière préférée est l’urdu, trouve que l’éducation est tout aussi importante pour les filles que pour les garçons.

Le faible taux de scolarisation et le niveau élevé de décrochage scolaire sont des problèmes constatés dans beaucoup d’écoles publiques au Pakistan. Ils sont particulièrement marqués dans les districts du sud de la province de Khyber Pakhtunkhwa, où les écoles des régions rurales disposent souvent d’un accès limité à des ressources essentielles, notamment l’électricité.

De l’énergie pour alimenter le changement

En 2019, l’école primaire publique de Kahi Bazid Khel a été la première école à accéder à une électricité peu coûteuse et de source renouvelable, dans le cadre d’un projet innovant axé sur l’amélioration des conditions d’apprentissage dans plus de 1200 écoles du sud de la province du Khyber Pakhtunkhwa.

« Ce projet s’inscrit dans un effort concerté visant à améliorer l’enseignement primaire et secondaire dans la région », explique Shahram Khan Tarakai, ministre de l’Éducation pour la province du Khyber Pakhtunkhwa. « Nous voulons nous assurer que les enfants sont dans les bonnes conditions pour réussir à l’école. »

Les écoles concernées constatent déjà une hausse de leur fréquentation, et les taux de scolarisation ont en moyenne augmenté de cinq pour cent. À l’école Kahi Bazid Khel, ce chiffre est encore plus élevé, car l’école accueille 265 élèves en 2021 contre 227 en 2018.

« Maintenant, nous aimons venir à l’école et apprendre de nouvelles choses. Lorsque le ventilateur est en marche, nous sommes de bonne humeur et avons beaucoup de motivation pour étudier », raconte Faryal.

Le personnel enseignant constate aussi que des salles de classe plus fraîches et mieux éclairées font toute la différence, et observe un changement évident dans l’attitude et les résultats scolaires des élèves.

« Nous sommes plus en forme pour enseigner, et les enfants sont très enthousiastes. La qualité de l’enseignement s’est nettement améliorée », précise Abid.


Une source d’énergie respectueuse de l’environnement

Non seulement l’accès à l’énergie permet-il aux enfants de ces écoles d’étudier dans un meilleur cadre, mais il est également important de noter que cette énergie provient d’une source durable et économique. Des émissions annuelles de 2250 tonnes de gaz à effet de serre seront ainsi évitées par rapport à une situation où les écoles auraient été rattachées à un réseau d’électricité traditionnel.

Le besoin urgent d’effectuer une transition vers des infrastructures durables et résilientes pour faire face aux changements climatiques se fait particulièrement ressentir au Pakistan, où l’augmentation des températures est notablement supérieure à la moyenne mondiale et où les phénomènes météorologiques extrêmes sont de plus en plus fréquents.

« Le Pakistan fait face à d’importantes lacunes énergétiques, en particulier dans les régions rurales, ce qui limite son potentiel de développement équitable », affirme Marysia Zapasnik, gestionnaire de pays de l’UNOPS au Pakistan.

Il est essentiel de développer et de soutenir des infrastructures durables et des technologies d’exploitation des énergies renouvelables pour combler les lacunes énergétiques du Pakistan, faire face aux défis environnementaux et améliorer la qualité de vie des communautés. »

Marysia Zapasnik - gestionnaire de pays de l’UNOPS au Pakistan
Le transport des équipements

Des chameaux ont aidé à transporter les équipements nécessaires à travers des zones montagneuses accidentées où aucun véhicule ne pouvait passer.

La mise en place de systèmes d’alimentation en énergie renouvelable dans des régions isolées du Pakistan ne s’est toutefois pas faite sans difficulté. Plus de 10 000 panneaux solaires ont dû être achetés et acheminés jusqu’à des endroits extrêmement isolés.

« La mise en place de panneaux solaires dans ces districts a été une éruption de technologies de pointe dans des communautés ayant été peu exposées à la technologie. Il a fallu un travail considérable pour former des entrepreneurs, renforcer les capacités locales et résoudre des problèmes techniques », explique Benoît Rosenoer, gestionnaire de projet à l’UNOPS.

Ces efforts ont valu la peine, selon lui, car les écoles ont non seulement accès à une source d’électricité fiable, mais ont aussi la capacité d’assurer elles-mêmes le bon fonctionnement et l’entretien des dispositifs solaires. « Tout a été mis en œuvre pour faire en sorte que les élèves de ces écoles continuent à bénéficier de meilleures conditions d’apprentissage pendant de nombreuses années. »

Les détails du projet

Ce projet d’alimentation d’écoles en énergie solaire, financé par le Ministère britannique des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement ainsi que par le Fonds saoudien pour le développement, améliorera les conditions d’enseignement pour environ 130 000 élèves et 4000 enseignantes et enseignants de la province du Khyber Pakhtunkhwa. 

En partenariat avec le département de l’éducation primaire et secondaire de la province du Khyber Pakhtunkhwa, l’UNOPS a géré l’achat, la livraison et l’installation de systèmes de production d’énergie solaire dans 1240 écoles de sept districts parmi les plus mal desservis de la province : Bannu, Dera Ismail Khan, Hangu, Karak, Kohat, Lakki Marwat et Tank. 

Dans le cadre de ce projet financé à hauteur de 8,5 millions de dollars, l’UNOPS a en outre formé plus de 4000 membres d’associations de parents d’élèves au fonctionnement et à l’entretien de ces dispositifs. 


À lire également