The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Dialogues sur le genre : le chemin de l’égalité

Comment des infrastructures inclusives peuvent-elles renforcer la participation des femmes dans la sphère publique et garantir l’accès à un emploi et à des possibilités ?

L’événement « Dialogues sur le genre : le chemin de l’égalité » était coorganisé par l’UNOPS, les ambassades de la Norvège, du Royaume-Uni et de la Suède au Danemark ainsi que la Why Foundation. Les discussions ont porté sur la façon dont des infrastructures qui prennent en compte les rôles, responsabilités et besoins spécifiques des femmes, des hommes, des filles et des garçons favorisent l’égalité entre les genres. Les intervenantes ont décrit en quoi ce type d’infrastructures ouvre la voie à un accès sûr aux services de base pour les femmes et les filles, soutient leur ascension et leur mobilité sociales, et contribue à la réduction des inégalités entre les genres.

Exclure les femmes revient à inclure des inégalités dans les fondations de notre avenir. Nous ne pouvons pas faire cela. Nous devons faire mieux. »

Émilie Potvin - directrice du Groupe des partenariats de l’UNOPS

Avant la pandémie de la COVID-19, les dernières décennies ont vu les jeunes filles avoir davantage accès à l’éducation et être de moins en moins contraintes de se marier à un âge précoce, tandis que de plus en plus de femmes ont accédé à des postes d’élues ou de direction. Aux quatre coins du monde, des réformes législatives sont mises en place afin de faire progresser l’égalité entre les genres. Toutefois, les progrès restent modestes. Les lois et les normes sociales discriminatoires restent omniprésentes, et les femmes sont encore sous-représentées à tous les niveaux politiques. 

« Nous devons cesser de prendre les inégalités entre les genres au sein de nos sociétés comme un fait accompli et cesser de construire nos initiatives à partir de ces inégalités structurelles », a affirmé Nihan Akyelken, professeure agrégée de développement urbain durable à l’Université d’Oxford.

Actuellement, la pandémie de la COVID-19 accentue les inégalités et pénalise les femmes et les filles dans de nombreux domaines, de la santé et l’éducation à l’économie et la participation dans la sphère publique. Cette crise pourrait annuler les maigres avancées en matière d’égalité entre les genres et de droits des femmes.

« La COVID-19 a déjà fait souffrir tant de personnes. Si nous revenons au même point, exactement comme nous le faisions avant la COVID-19, que disons-nous de cette souffrance ? Cette pandémie est l’occasion de réajuster le tir et de repenser nos façons de faire », a précisé Nichola Mallon, ministre des Infrastructures au sein de l’exécutif d’Irlande du Nord.

Afin que le développement d’infrastructures favorise l’égalité d’accès aux services, générant ainsi davantage de possibilités économiques pour les femmes et les filles, les modes de conception, de construction et de gestion des infrastructures doivent changer. L’intégration de considérations liées à l’égalité entre les genres dans le cycle de vie des infrastructures peut améliorer et protéger les vies et les moyens de subsistance des femmes et des filles ainsi que soutenir l’économie mondiale pour les décennies à venir.

Visionner l'événement


À lire également