The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Alimenter la Sierra Leone en énergie pour sauver des vies

Depuis de trop nombreuses années, les centres de santé communautaires des régions rurales de la Sierra Leone s’efforcent d’être fonctionnels malgré un accès limité à l’électricité. Aujourd’hui, un projet novateur vise à renforcer les infrastructures énergétiques dans ces régions, améliorant ainsi l’accès à des services essentiels pour plus de 300 000 résidents.

En Sierra Leone, l’accès à des soins de santé essentiels sans source d’électricité fiable est la triste réalité de centaines de milliers de personnes. En plus de mettre la vie des patients en danger, ce problème fait du travail des professionnels de la santé un défi encore plus complexe.

Konnie Bangura a cinq enfants et elle ne connaît que trop bien ce problème. Cette agricultrice de 35 ans de la communauté de Kagbere se souvient des conditions dans lesquelles elle a mis au monde son premier enfant, Salieu :

« L’éclairage était si mauvais que, sans le faire exprès, la sage-femme qui tentait de le mettre au monde l’a coupé au front avec le matériel qu’elle utilisait pour l’accouchement. Aujourd’hui encore, il en porte une cicatrice. »

Toutefois, les préoccupations qui entourent la santé maternelle ne sont pas les seuls problèmes sanitaires à avoir été mis en évidence par l’accès limité à l’électricité dans le pays.

En 2014, avec l’épidémie de maladie à virus Ebola qui a ravagé l’Afrique occidentale, la Sierra Leone a connu l’une des plus graves urgences sanitaires de son histoire récente. Entre 2014 et 2016, plus de 14 000 cas d’infection par le virus Ebola ont été recensés dans le pays, et la maladie a coûté la vie à près de 4000 personnes. Dans les villages et petites villes, la pénurie d’électricité n’a fait que dégrader les conditions dans lesquelles le personnel médical s’efforçait d’endiguer l’épidémie.

Afin de soutenir le relèvement du pays à la suite de l’épidémie de virus Ebola, le gouvernement a lancé un programme multipartite comprenant une série d’initiatives pour renforcer l’accès à l’énergie et stimuler la production énergétique en Sierra Leone.

Le Projet d’alimentation des zones rurales en énergie renouvelable est l’une des initiatives mises en œuvre pour soutenir le gouvernement sierraléonais dans la réalisation de ses objectifs énergétiques.

Ce projet vise à renforcer les infrastructures énergétiques afin de fournir, au quotidien, de meilleurs services aux personnes comme Konnie tout en aidant les communautés rurales à être mieux préparées en cas d’épidémie. La première phase de ce projet qui s’étale sur quatre ans comprenait l’installation de panneaux solaires dans 54 centres de santé communautaires de 12 districts de la Sierra Leone, et les effets positifs se font déjà ressentir.

Adama Squire élève ses enfants à Bumpe, une petite ville du sud du pays. Déjà mère de garçons, elle a récemment donné naissance à sa première fille, Abibatu.

J’ai toujours accouché au centre de santé de Bumpe. Mais cette fois, quand je suis arrivée pour mettre au monde Abibatu, c’était différent. Je n’ai pas dû amener une lampe de poche et des piles, et en plus j’ai économisé de l’argent. »

Adama Squire - résidente de Bumpe, Sierra Leone

Adama explique à quel point avoir un accès fiable à l’électricité a tout changé pour le centre de santé local, qui bénéficie désormais d’une source de lumière essentielle le soir.

« J’ai mis au monde chacun de mes enfants pendant la nuit, dans le noir. Mais cette fois, la salle d’accouchement était bien éclairée et j’étais contente de savoir que les sages-femmes voyaient bien ce qu’elles faisaient. »

Forte d’une expérience de trente ans dans d’autres villes du pays, Margaret Albert est sage-femme au centre de santé de Bumpe depuis quatre ans. D’après elle, une source d’électricité fiable permet d’améliorer l’efficacité du travail dans les centres de santé et, en définitive, à davantage de personnes de recevoir des soins médicaux.

« De nombreux accouchements se déroulent pendant la nuit. L’électricité permet de mieux voir ce que l’on fait et d’éviter de faire des erreurs ou de mettre inutilement une mère dans une situation inconfortable », explique-t-elle.

« Grâce à l’alimentation constante en électricité, bon nombre des médicaments sont conservés dans de bonnes conditions, et cela permet aussi de toucher les communautés avoisinantes plus facilement pour réaliser des injections ou leur proposer d’autres services. »

« Notre centre de santé couvre 38 communautés et il peut parfois être fort occupé », ajoute le médecin en chef du district, Alhaji Sayni Turay.

« La lumière obtenue grâce aux panneaux solaires a fait une différence énorme. Nous ne devons plus dépenser d’argent pour acheter des lampes ou des piles, et nous avons de la lumière 24 heures sur 24, ce qui nous aide pour notre travail en laboratoire et pour notre système de référencement. Nous pouvons désormais charger notre appareil de radiodiagnostic et l’emporter avec nous lorsque nous devons nous déplacer. »

Le Projet d’alimentation des zones rurales en énergie renouvelable fournit à des communautés de la Sierra Leone l’électricité dont elles ont tant besoin. Il offre également la possibilité aux entreprises de se développer, aux habitants d’améliorer leur qualité de vie, et à la population de changer de façon positive et durable.

Les détails du projet

Financé par le ministère britannique du Développement international (DFID) à hauteur de 34,5 millions de livres sterling (environ 44 millions de dollars), le Projet d’alimentation des zones rurales en énergie renouvelable favorise l’accès de la Sierra Leone à des énergies propres et l’augmentation de la capacité énergétique du pays.

Ce projet, mis en œuvre par l’UNOPS, se déroulera en plusieurs phases qui s’étendent sur une période de quatre ans. La première phase, qui consistait en l’installation de panneaux solaires dans des centres de santé communautaires, a été terminée en juillet 2017.

La deuxième phase a pour objectif d’étendre l’accès à l’électricité aux logements, aux écoles et aux entreprises de 50 villages en améliorant la capacité de production d’énergie solaire des centres de santé et en installant des réseaux de distribution dans chaque village, créant ainsi 50 mini-réseaux indépendants.

En parallèle de ces activités, dans le cadre de processus de sélection compétitifs, des entreprises du secteur privé ont été invitées à proposer leurs services pour gérer le réseau d’alimentation en électricité dans chaque village.

Selon les estimations, cette collaboration avec le secteur privé générera des co-investissements d’une valeur de près de 5,7 millions de livres sterling (environ 7,5 millions de dollars) dans la dernière phase du projet, qui prévoit la mise en place de mini-réseaux plus importants dans 40 autres villages. L’UNOPS continuera à travailler avec des entreprises locales afin de s’assurer que les nombreux villages qui le souhaitent ou le nécessitent ont la possibilité d’avoir un meilleur accès aux énergies renouvelables.

Le projet devrait être terminé en 2020.


À lire également