The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Au cours des dernières années, Haïti a été le théâtre de plusieurs catastrophes naturelles et de phénomènes météorologiques extrêmes qui ont dévasté l’île. En 2008, quatre ouragans ont frappé le pays, tuant 800 personnes et détruisant les terres agricoles sur leur passage. Moins de deux ans plus tard, un tremblement de terre de magnitude 7.0 a ébranlé la capitale du pays. Plus de 220 000 personnes ont perdu la vie et 1,5 million d’Haïtiens se sont retrouvés sans abri.

Des infrastructures de mauvaise qualité, des zones urbaines densément peuplées et un manque de préparation aux catastrophes ont rendu la population d’Haïti, qui s’élève à près de 11 millions de personnes, extrêmement vulnérable aux effets des catastrophes naturelles. Au vu de la fréquence de ces phénomènes, la planification et la construction d’infrastructures résilientes sont essentielles pour créer un environnement sûr et un avenir durable pour les habitants de l’île.

L’UNOPS et ses partenaires collaborent à cette fin avec les communautés dans l’ensemble du pays, travaillant à la construction et à la réhabilitation d’infrastructures essentielles de manière à ce qu’elles puissent résister aux violentes forces de la nature comme celles qui ont ravagé le petit État insulaire par le passé.

Découvrez trois projets mis en œuvre par l’UNOPS qui contribuent à bâtir un avenir plus résilient en Haïti et à améliorer l’accès aux services publics, notamment aux soins de santé et à l’éducation.

Une meilleure éducation

Une meilleure éducation

L’UNOPS reconstruit actuellement une école et un dispensaire au cœur de Fort National, l’un des quartiers les plus pauvres de Port-au-Prince. L’école, qui accueillait autrefois plus de 700 élèves, a été complètement détruite dans le tremblement de terre de 2010. Une école de remplacement avait été construite non loin et l’ancien emplacement, laissé à l’abandon, était devenu une véritable décharge publique, provoquant de nombreux défis sanitaires et sociaux pour la communauté voisine.

L’endroit était devenu une invitation au crime. Je suis enchanté de voir que notre décision de reconstruire l’école porte ses fruits. S’il est un peu tard pour que mes enfants en profitent, nos petits-enfants nous en remercieront. »

Baptichon Jude - résident de Fort National

Dans le but de remédier à ce problème et d’améliorer la qualité de l’éducation, en particulier pour les filles, la communauté a commencé à travailler avec la Congrégation des sœurs de Sainte-Anne et l’UNOPS afin de construire une école supplémentaire sur l’emplacement d’origine. Cette nouvelle école pourra accueillir jusqu’à 520 étudiantes et sa capacité d’accueil pourra aller jusqu’à 720 au besoin.

La construction, qui à terme bénéficiera à près de 40 000 personnes, devrait être terminée cette année. Le projet a déjà généré plus de 900 emplois dans la communauté, et 1000 emplois supplémentaires devraient être créés au fur et à mesure que le projet progresse.

Photo : modèle en 3D de l’école

« Nous travaillons dans l’une des régions les plus difficiles du monde pour construire des infrastructures qui aident les femmes à s’émanciper et contribuent à leur offrir un meilleur accès à l’éducation, mais également qui améliorent l’accès de la population aux services de santé », précise Pierre-Yves Jousseaume, responsable de projet à l’UNOPS.

Conçus pour résister aux tremblements de terre et ouragans, la nouvelle école et le nouveau dispensaire bénéficieront d’un approvisionnement autonome en eau et en énergie. Les bâtiments seront également faciles d’entretien et équipés de systèmes, notamment de plomberie et de ventilation, qui permettront aux installations d’être entièrement fonctionnelles lorsque des phénomènes météorologiques extrêmes frappent la région.

Ce projet représente tout ce que nous faisons de mieux à l’UNOPS. C’est dans notre ADN ! »

Pierre-Yves Jousseaume - responsable de projet à l’UNOPS

Une partie du projet prévoyait également le nettoyage du système environnant d’évacuation des eaux, un canal qui s’était retrouvé bouché par des déchets à la suite du tremblement de terre de 2010. La zone autour du canal accueillait autrefois un marché animé, qui a depuis été déserté à cause d’inondations et de problèmes d’assainissement. À la suite d’une initiative communautaire pour nettoyer le canal et former les résidents en matière de gestion des déchets, les vendeurs sont désormais revenus pour offrir leurs produits au marché.


De meilleures routes

De meilleures routes

Dans les départements de la Grand’Anse et du Sud, l’UNOPS a récemment mené à bien un projet de construction et de réhabilitation de plusieurs routes endommagées par l’ouragan Matthew en 2016, notamment pour qu’elles soient accessibles même en période de fortes pluies. Financé par la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, le projet comprenait la construction de plusieurs nouvelles routes et de nouveaux ponts qui amélioreront l’accès à des lieux isolés où les personnes étaient auparavant forcées de traverser des cours d’eau pour accéder à leur logement. Ces travaux assurent l’accès des communautés environnantes à des services publics importants comme les soins de santé et l’éducation, mais permettent également une évacuation plus sûre en cas de catastrophe naturelle.

Poursuivre les efforts

Sur la base de la réussite de ce projet, le gouvernement d’Haïti, la Banque mondiale et l’UNOPS ont récemment conclu un nouveau partenariat pour construire et réhabiliter 80 kilomètres de routes dans les départements de l’Artibonite et du Centre. Les travaux devraient être terminés en 2020.



En outre, de nombreux membres de la communauté, gravement touchée par l’ouragan Matthew, ont été engagés dans le cadre du projet, générant ainsi des revenus et de précieuses occasions d’apprentissage. Les femmes comptaient pour plus de 40 pour cent de la main-d’œuvre engagée et ont acquis de nouvelles compétences et des connaissances qui augmenteront leurs perspectives d’emploi à l’avenir.

« Grâce à la formation que j’ai reçue, je suis maintenant capable de faire ce travail, qui est même devenu facile pour moi », affirme Marie Carine François, une ouvrière en construction.

Au total, 25 kilomètres de route ont été réhabilités et plus de 16 300 personnes ont été engagées dans le cadre des travaux.


De meilleurs soins de santé

De meilleurs soins de santé

À Port-au-Prince, la capitale d’Haïti, l’UNOPS a construit trois hôpitaux communautaires pour désengorger l’hôpital principal de la ville. Les installations sont situées dans des quartiers densément peuplés et ont été construites à partir de matériaux durables, conçus pour résister aux chocs des tremblements de terre et des ouragans. Les effets positifs des nouveaux hôpitaux, qui s’occupent de plus de 8000 consultations, 150 césariennes et 400 hospitalisations par mois, se font déjà sentir.

À propos du projet

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une initiative de grande envergure visant à renforcer les infrastructures de santé en Haïti. En partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le développement et le Fonds des Nations Unies pour la population, un total de 11 établissements de santé ont été construits depuis 2014 grâce au financement du ministère brésilien de la Santé, des gouvernements du Canada, de Cuba, d’Haïti et du Mexique, de la fondation Petunia, de l’Organisation panaméricaine de la santé ainsi que de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

« Ce projet a non seulement apporté des services de santé de qualité à la communauté locale, mais il a également fait des hôpitaux des établissements fiables et indispensables. Nous le remarquons dans le nombre de visites qui ne cesse d’augmenter », explique Emmanuel Louis Charles, directeur médical de l’un des centres.

« Avant, nous recevions environ 30 patients quotidiennement. Maintenant, entre 120 et 150 consultations sont réalisées chaque jour de la semaine », ajoute-t-il.

L’UNOPS propose des formations pour le personnel médical et technique afin de s’assurer que le pays aura les capacités nécessaires pour maintenir et gérer les hôpitaux à long terme.

En outre, l’UNOPS a effectué l’achat de 40 ambulances et construit un garage pour leur entretien afin de contribuer au renforcement des capacités locales et de s’assurer que les véhicules sont conservés en bon état de marche, et des mécaniciens locaux ont été formés. Un centre de réhabilitation proposant des services de physiothérapie ainsi que des services de réhabilitation visuelle, auditive et orale a également été construit. Il s’agit du premier établissement en son genre en Haïti.


À lire également