The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Soutenir l’agriculture familiale : l’histoire de Virila

À l’occasion de la Journée des micro- et des petites et moyennes entreprises, l’UNOPS vous présente Virila Pereira, une femme à la tête d’une entreprise soutenant des petits exploitants agricoles du Paraguay.

L’agriculture familiale, qui représente la majorité des activités agricoles au Paraguay, est un secteur caractérisé par un faible rendement ainsi qu’un accès limité aux terres, aux capitaux et aux technologies agricoles. Trop souvent, en raison de méthodes agricoles obsolètes et de ressources financières limitées, de nombreuses terres fertiles demeurent inexploitées.

L’UNOPS collabore avec le gouvernement et Itaipú Binacional afin d’aider les agriculteurs et la population du Paraguay. En plus de faciliter l’accès des exploitants agricoles familiaux à des terres fertiles mais inexploitées, l’UNOPS et ses partenaires permettent en outre à des petites entreprises de fournir leur soutien et des outils afin d’aider les agriculteurs à cultiver plus efficacement leurs terres. Ces ressources contribuent à améliorer le rendement des terres et ainsi les moyens de subsistance de nombreuses familles, stimulant l’un des principaux secteurs économiques du pays.

Cette activité est bénéfique à la fois aux petites entreprises, aux petits exploitants ainsi qu’aux exploitants agricoles familiaux des régions rurales.

120 000
personnes ont bénéficié de ce projet
Modernisation de l'agriculture familiale au Paraguay

Vous désirez en apprendre davantage sur le soutien de l'UNOPS à l'agriculture familiale au Paraguay ?

En savoir plus

L’histoire de Virila

Virila Pereira est propriétaire d’une petite entreprise dans le département de Caazapá, dans le sud du Paraguay. La fille de petits exploitants agricoles de Colonia Cosme, à quelque 20 kilomètres de Caazapá, Virila a quitté ses parents et ses sept frères à l’âge de 12 ans afin d’entreprendre son éducation secondaire, dans l’espoir de pouvoir ensuite subvenir aux besoins de sa famille. Elle a par la suite obtenu un diplôme universitaire à Asunción. « Il s’agit de la meilleure chose qui me soit arrivée. J’ai travaillé très dur, et mes efforts ont porté leurs fruits. Depuis, je suis en mesure d’aider ma famille. »

Après ses études, Virila a travaillé au sein du ministère des Finances pendant près de 25 ans. À la suite d’une série d’incidents malheureux, elle s’est retrouvée sans emploi avec deux enfants à sa charge.

« C’était une période très difficile. J’étais sans emploi. J’étais vulnérable sur le plan économique, mais également sur le plan émotionnel. Je voulais ce qu’il y a de mieux pour mes deux enfants, et j’étais convaincue que je pouvais passer à travers cette épreuve. Nous devons enseigner à nos fils et à nos filles que dans nos moments les plus difficiles, nous devons trouver la force pour nous en sortir et ne pas abandonner. À quelque chose malheur est bon ! »

C’est à ce moment-là que Virila a commencé à travailler à la réalisation de son rêve : devenir une femme d’affaires prospère.

En 2012, elle a créé une petite entreprise fournissant des services au ministère de l’Agriculture et de l’Élevage, soutenant environ 100 petits exploitants agricoles près de sa ville natale de Caazapá.

À mes yeux, fournir des services à des petits exploitants et travailler avec eux est une activité importante. Il s’agit également d’un rêve de jeunesse, entre autres parce que je viens d’une famille de petits exploitants. »

- Virila Pereira

Peu après avoir créé son entreprise, Virila a remarqué dans un journal local un appel d’offres de l’UNOPS pour soutenir la mécanisation des activités agricoles de petits exploitants. Elle a décidé de soumettre une offre et a obtenu un contrat pour fournir des services de préparation des sols pour près de 500 hectares de terres.

Plus de cinq ans après sa création, son entreprise s’est développée et elle emploie maintenant sa fille, son fils, ses neveux, des voisins ainsi que des techniciens. Environ 20 personnes travaillent maintenant pour Virila et au besoin, elle loue également de la machinerie et emploie des sous-traitants. Jusqu’à présent, son entreprise a fourni des services liés à la préparation des sols et à la mécanisation des activités d’ensemencement pour près de 10 000 hectares de terres.

« Nous pouvons facilement voir les résultats de notre travail. Je vois la satisfaction des petits exploitants sur leur visage, et cela permet également à une petite entreprise comme la mienne d’évoluer. »

Aujourd’hui, Virila considère avoir réussi. Elle est fière d’avoir su surmonter de nombreux défis et d’avoir atteint ses objectifs. Le conseil qu’elle aimerait donner à d’autres femmes comme elle : « Je dis aux femmes que nous avons toutes ce qu’il faut pour réussir. Notre situation économique ou notre sexe ne devraient pas nous empêcher d’atteindre nos objectifs. Nous ne devons pas avoir peur, mais plutôt assumer les conséquences de nos actions. Nous ne devons pas perdre notre précieux temps à regretter nos erreurs, mais plutôt utiliser ces erreurs pour nous rendre plus fortes. Et mon seul secret, c’est de travailler avec ardeur ! »

Les détails du projet

Depuis 2014, l’UNOPS soutient des initiatives du gouvernement paraguayen visant à moderniser l’agriculture familiale et à faciliter la culture des terres grâce à une large gamme de services comprenant l’achat de machines, d’outils et de fournitures agricoles modernes ainsi que la supervision et la gestion de projets.

Jusqu’à présent, en collaboration avec le gouvernement et Itaipú Binacional, le projet a permis de réhabiliter plus de 40 000 hectares de terres agricoles, améliorant la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de près de 120 000 personnes.


À lire également