The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

La modernisation de l’agriculture augmente les récoltes au Paraguay

Au Paraguay, de nombreux habitants passent la majeure partie de leur temps dehors à cultiver la terre afin de subvenir à leurs besoins, dans des conditions de vie parfois difficiles.

Le Paraguay est un pays principalement agricole. Des recherches menées par le gouvernement ont démontré que l’agriculture familiale représente plus de 90 pour cent des activités agricoles au pays, et que ce secteur est caractérisé par un faible rendement ainsi qu’un accès limité aux terres, aux capitaux ainsi qu’aux technologies agricoles.

En raison de méthodes agricoles obsolètes et de ressources financières limitées, des terres fertiles demeurent inexploitées. L’agriculture est ainsi le principal moyen de subsistance de familles pouvant à peine assumer les dépenses qu’elle requiert, tandis que des facteurs tels que l’érosion, la perte de fertilité des sols, l’appauvrissement de la biodiversité ou la gestion inadéquate des ressources en eau nuisent au rendement des terres.

Moderniser l’agriculture familiale au Paraguay

Mercedes Núñez est bien consciente des défis que pose le métier d’agricultrice. Sept des dix membres de sa famille vivent sur des terres fertiles de Manduará, dans le département de Canindeyú. Son mari et elle travaillent la terre depuis leur enfance, et leurs enfants suivent à présent le même chemin. La famille possède des vaches à lait et cultive des haricots, des cacahuètes ainsi que du maïs.

Auparavant, les membres de la famille de Mercedes travaillaient jour et nuit afin de produire de quoi se nourrir et subsister. La vente de leurs produits leur rapportait environ 180 dollars par mois.

La famille n’exploitait cependant qu’un quart des terres fertiles à sa disposition, les contraintes financières et le manque de main-d’œuvre l’empêchant de développer son activité à plus grande échelle.

Non loin de là, une autre famille rencontrait des problèmes différents. Cecilia Espinola est mère célibataire. Elle élève des volailles et du bétail et cultive notamment des cacahuètes, du manioc, du maïs et du sésame. Elle subvient aux besoins de sa famille en vendant des produits frais et transformés au marché local.

Bien qu’elle n’ait pas suivi d’enseignement scolaire, Cecilia gère seule les ressources financières de sa petite exploitation. Il lui a toutefois fallu engager des personnes pour l’aider dans ses tâches quotidiennes. Le coût de cette main-d’œuvre supplémentaire, ajouté à celui de l’équipement agricole, avait des répercussions considérables sur ses profits.

De nombreuses familles étant confrontées à des situations similaires, le gouvernement paraguayen s’est donné comme priorité de moderniser le secteur et de venir en aide à des milliers d’agriculteurs à l’échelle nationale.

Un tel appui peut prendre de nombreuses formes. Par exemple, l’UNOPS met en œuvre un projet aidant des agriculteurs à accéder à des terres fertiles mais inexploitées, en plus de leur fournir un soutien et des outils afin d’augmenter leurs récoltes, ce qui leur permet de mieux subvenir aux besoins de leur famille. L’organisation encourage ainsi le développement de l’une des principales activités économiques du pays.

« Grâce à l’augmentation de la production, les activités agricoles se sont développées. Tout le monde a mis la main à la pâte. Les femmes ont joué un rôle actif dès le début du projet et tout au long de sa mise en œuvre », explique Zenen Samudio, agriculteur et président du comité Coordinadora en Defensa de la Soberanía à Lima, au Paraguay.

Nous récoltons désormais suffisamment pour nous nourrir et pour vendre des produits. Grâce aux nouveaux outils et méthodes que nous avons utilisés, notre production comme nos revenus ont augmenté. »

- Un agriculteur local

Le projet mis en œuvre par l’UNOPS a permis à Mercedes et à sa famille d’aménager des terres auparavant inexploitées afin d’y cultiver des patates douces. La vente de ce tubercule très apprécié pourrait leur rapporter près de 2180 dollars par mois, soit douze fois plus que leurs récoltes précédentes.

Cecilia a elle aussi bénéficié du projet. Grâce à l’argent que lui a rapporté la récolte de 2000 kg de sésame, elle a diversifié ses activités en achetant des produits en gros dans un village voisin pour ensuite les revendre au sein de sa communauté. Les profits qu’elle a réalisés l’ont aidée à payer les permis municipaux requis pour vendre de la viande et d’autres produits dans le commerce qu’elle tient dans son domicile.

Les détails du projet

Depuis 2014, l’UNOPS soutient des initiatives du gouvernement paraguayen visant à moderniser l’agriculture familiale et à faciliter la culture des terres grâce à une large gamme de services comprenant l’achat de machines, d’équipement et d’outils agricoles modernes ainsi que la supervision et la gestion de projets.

Le projet de modernisation de l’agriculture familiale a permis de réhabiliter plus de 40 000 hectares de terres agricoles. En 2017, 70 centres agricoles ont été rénovés, et plus de 13 000 hectares de terres fertiles ont été amendés dans près de 150 villages.


À lire également