The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

Des services médicaux pour les communautés rurales

Dans la région du Haut Ghana oriental, un véhicule à trois roues se fraie un chemin sur une route rurale cahoteuse. Il s’agit de l’un des 80 « tricycles-ambulances » qui permettent d’apporter une assistance médicale dans certaines des localités les plus isolées de la région.

Région limitrophe avec le Burkina Faso et le Togo, le Haut Ghana oriental connaît de nombreux mouvements transfrontaliers de personnes, de bétail et de services. Près de 90 pour cent des plus de 900 000 habitants vivent en milieu rural au sein de plus de 900 communautés dispersées dans la région, souvent dans des zones très éloignées et difficiles d’accès où l’agriculture est la principale source de revenus.

La région du Haut Ghana

« La région du Haut Ghana oriental, qui est déjà l’une des régions les plus pauvres du pays, est confrontée à de nombreux défis liés au manque d’infrastructures et de ressources. Les foyers sont éparpillés et les routes en très mauvais état », explique Herbert Appiah, responsable de projet à l’UNOPS.

La plupart des centres de santé manquent également d’équipements de base, ce qui peut obliger le personnel à refuser des patients, et certains postes de santé sont dans un très mauvais état. Cette situation rend difficile la prestation de services de santé aux personnes les plus vulnérables de la région. »

Herbert Appiah - responsable de projet à l’UNOPS

La région enregistre un taux élevé de maladies transmissibles telles que le paludisme, la tuberculose et la diarrhée. Plus d’un quart des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition. Les jeunes âgés de deux à 29 ans qui vivent à Bolgatanga, une localité située dans la « ceinture de la méningite » en Afrique, sont en outre plus vulnérables à la méningite cérébrale.

Dans la région du Haut Ghana oriental, une grande partie des soins de santé fournis à la population dépend des centres de santé communautaires. La planification des services de santé communautaires mise en œuvre par les autorités sanitaires du Ghana est une stratégie nationale visant à renforcer la prestation de services par des bénévoles de santé aux communautés démunies, grâce à des solutions qui permettent de surmonter les obstacles géographiques pour rapprocher les soins de santé des personnes qui en ont besoin.

Un projet a ainsi permis de faciliter le travail de plus de 700 bénévoles de santé en leur fournissant une gamme d’équipements médicaux et non médicaux pour mieux servir leurs communautés. Un accent particulier a été mis sur la prise en charge des femmes pendant la grossesse afin de contribuer à des accouchements sans danger.

La principale cause de mortalité maternelle est en réalité le transfert des femmes enceintes. Nos routes sont en très mauvais état et parfois, quand ces femmes sont transférées, elles arrivent tardivement dans les hôpitaux où elles doivent recevoir des soins. »

Winfred Ofosu - directeur régional des services de santé

Le mauvais état des routes empêche également les bénévoles et responsables communautaires d’effectuer des visites à domicile. 

« Notre personnel de santé ainsi que les bénévoles avaient de la difficulté à assurer un suivi au sein des communautés visées », déclare Seidu Yahuza, coordonnateur local de santé.

Aujourd’hui, il a accès à une moto et les bénévoles de santé avec qui il travaille disposent de vélos qui leur permettent de desservir les personnes démunies et de remplir leurs tâches sans se soucier des problèmes de transport. Les bénévoles ont également reçu des lampes de poche, des bottes en caoutchouc et des sacs à dos pour réduire leur fatigue au cours des longues journées de visite aux patients. De plus, de nouveaux téléphones portables permettent aux bénévoles de rester connectés à un large éventail de services.

Bringing Medical Help to Rural Communities - Motorbike

Des tricycles-ambulances, localement connus sous le nom de « motorkings », peuvent se déplacer sur des terrains accidentés pour transporter les patients résidant dans des zones isolées vers des hôpitaux, où ils peuvent recevoir des soins de meilleure qualité. Les hôpitaux, de même que les centres de santé communautaires, ont été équipés d’une vaste gamme d’appareils médicaux visant particulièrement à améliorer le suivi des femmes enceintes et à faciliter les accouchements, mais aussi à traiter de nombreux problèmes de santé fréquents dans la région.

Linda Mba, une sage-femme, explique que le projet a fourni des équipements essentiels au centre de santé où elle travaille : « Nous avons reçu des lits d’accouchement et des tables d’examen. Nous avons également obtenu des balances, des ballons de réanimation et nous disposons d’un tricycle-ambulance que nous utilisons pour transporter les personnes vers le centre de santé et pour faciliter leur transfert. » 

Pour une jeune mère, ces changements lui ont fait vivre une expérience plus positive et un accouchement plus sûr.

« Le lit m’a beaucoup aidé. Il y a aussi de l’eau chaude. Après l’accouchement, il est possible de se laver à l’eau chaude et de bien dormir dans un lit confortable », dit-elle.

Les milliers d’articles qui ont été achetés et distribués contribuent à mobiliser davantage de bénévoles pour fournir des services de santé essentiels aux communautés de la région.

Faciliter la formation de sages-femmes

Au Ghana, dans la région de la Volta, un nouveau centre de formation de sages-femmes contribue à relever un défi pressant, celui d’assurer l’accès à des services de santé maternelle et infantile sûrs.

Lecture : 3 min

À propos des projets

L’Agence de coopération internationale de la République de Corée (KOICA) a travaillé en partenariat avec l’UNOPS pour construire et équiper le centre de formation dans la région de la Volta, ainsi que pour l’achat et la distribution d’équipements dans les régions de la Volta et du Haut Ghana oriental. 

« Nous sommes déterminés à faire avancer le Ghana vers la réalisation du troisième Objectif de développement durable, et nous croyons en l’importance d’agir rapidement avec des partenaires, comme l’UNOPS, qui peuvent mettre en œuvre de tels projets efficacement », affirme Yukyum Kim, directeur du bureau de l’Agence de coopération internationale de la République de Corée au Ghana.

« La KOICA a choisi l’UNOPS comme partenaire pour les travaux de construction et pour l’achat d’équipements médicaux et non médicaux afin de garantir la qualité du projet, en tirant parti de l’expertise de l’organisation en gestion de projet », ajoute-t-il.

« L’UNOPS a effectué l’achat des équipements pour le compte de la KOICA. Nous avons reçu des équipements de haute qualité qui ont amélioré nos services de santé […] Nous souhaitons que cette collaboration se poursuive », déclare Edmund Mohammed Nyanwuru Nellic, directeur des services de santé de la municipalité de Bolgatanga.

La mise en œuvre des deux projets s’est appuyée sur une approche inclusive tout en veillant à ce que les travaux répondent aux besoins spécifiques d’un large éventail de personnes, qu’ils tiennent compte de l’égalité entre les genres et qu’ils permettent aux femmes et aux hommes d’en bénéficier de manière équitable. De plus, les projets ont amélioré les moyens de subsistance de la population en engageant, dans la mesure du possible, une main-d’œuvre, des entreprises et des fournisseurs locaux. La prise en compte du point de vue des communautés a été encouragée à chaque étape du processus de planification et de mise en œuvre pour favoriser l’appropriation locale.


À lire également