The United Nations Office for Project Services (UNOPS)

L’un des plus grands défis de notre époque

C’est un fait bien connu : les émissions de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux sans précédent. L’environnement évolue en conséquence, et les phénomènes météorologiques extrêmes ou imprévisibles se font de plus en plus fréquents. Hausse du niveau de la mer, inondations, séismes… Les effets des changements climatiques sont nombreux, et leurs conséquences diffèrent d’un pays et d’une communauté à l’autre. Ils touchent l’ensemble de la planète, et la Tanzanie ne fait pas exception.

Située juste en dessous de l’équateur, la Tanzanie est le plus grand État d’Afrique de l’Est. Elle est entourée de huit autres pays au nord, à l’ouest et au sud. À sa frontière orientale, délimitée par l’océan Indien, une fine bande côtière mène à un large plateau d’une altitude variant entre 900 et 1800 mètres.

Les régions septentrionales et orientales de la Tanzanie connaissent une saison de petites pluies d’octobre à décembre, et une saison de grandes pluies de mars à mai. Dans le sud, l’ouest, et le centre du pays, la saison des pluies s’étend d’octobre à avril ou mai.

Les données historiques démontrent que les changements climatiques ont déjà contribué à l’augmentation des températures, l’imprévisibilité des précipitations et l’élévation du niveau de la mer. Selon les prévisions, si des investissements importants ne sont pas réalisés dans les domaines de la résistance et de l’adaptation aux effets des changements climatiques, les inondations causées par la montée des eaux toucheront environ 800 000 personnes par an en Tanzanie entre 2070 et 2100.

Quel que soit leur statut socio-économique, les Tanzaniens qui se sont établis sur les quelque 1400 kilomètres du littoral du pays sont déjà quotidiennement confrontés aux conséquences de la hausse du niveau de la mer.

Tanzania Sea Wall_ 2018 | Hero

Trois degrés de trop

Selon les estimations, faute de mesures suffisantes, la température à la surface de la Terre augmentera de trois degrés au cours de ce siècle. Parallèlement aux efforts effectués pour empêcher un tel réchauffement, la résistance des communautés aux effets des changements climatiques doit être améliorée au plus vite. Plus le temps passe, et plus il deviendra difficile et coûteux de parer aux conséquences du réchauffement climatique.


VOICI LES HISTOIRES DE QUELQUES TANZANIENS

Au-delà de la digue : gagner sa vie

Dans le district de Pangani, cela fait 18 ans que Chesko Nzari, 43 ans, se lève avant l’aube pour décharger des noix de coco acheminées par de petites embarcations. Les bateaux débarquent sur une portion de plage que ceux qui y travaillent appellent le « marché aux noix de coco ».

Lecture : 3 min

Au-delà de la digue : former la jeunesse

Dans le district de Kigamboni, à Dar es-Salaam, les changements climatiques et la montée des eaux menacent les résidences des habitants ainsi que les bâtiments de l’académie Mwalimu Nyerere.

Lecture : 5 min

Les détails du projet

En Tanzanie, l’UNOPS travaille avec le gouvernement afin de renforcer la résistance des communautés côtières aux effets des changements climatiques et de l’élévation du niveau de la mer. Grâce au financement du Fonds pour l’adaptation, du Fonds pour l’environnement mondial et du gouvernement de la Tanzanie, l’UNOPS a construit plus de 2400 mètres de digues dans sept zones côtières du pays en partenariat avec l’ONU Environnement. Le projet comprenait également l’installation de lampadaires solaires le long des digues. Ce projet contribue à la protection des communautés résidant dans des régions de faible altitude ainsi qu’à la protection des zones côtières d’où certains habitants tirent leurs moyens de subsistance.

Ce projet est important aux yeux des politiciens et des hauts fonctionnaires du gouvernement, qui suivent de près sa progression. La population conduit et marche le long de la côte, et de nombreuses personnes y habitent. Les marées hautes et les inondations posent donc une menace concrète que les digues permettent de combattre. »

Freddy Manyika - responsable de projet pour le gouvernement de la Tanzanie

À lire également